Syrie – Attentats à la voiture piégée contre des civils à Atma et à Azaz

Deux attentats commis le 26 juillet dans des villes du nord de la Syrie l’un à Atma l’autre à Azaz ont fait de très nombreuses victimes civiles dont un membre du personnel de  Médecins Sans Frontières (MSF). MSF condamne ces attaques meurtrière
©MSF

Deux attentats commis le 26 juillet dans des villes du nord de la Syrie, l’un à Atma, l’autre à Azaz, ont fait de très nombreuses victimes civiles, dont un membre du personnel de  Médecins Sans Frontières (MSF). MSF condamne ces attaques meurtrières visant des civils.

A Atma (gouvernorat d’Idlib), un attentat à la voiture piégée a fait une vingtaine de morts, dont un membre du personnel syrien de MSF,  et environ 80 blessés, selon des sources locales. Le 26 juillet, une voiture s’est arrêtée près du marché de cette petite ville et a explosé à 18 heures, heure locale, alors qu’un grand nombre de personnes se trouvait au marché, peu de temps avant la fête de l’Aïd.

MSF qui a un hôpital dans la zone a reçu 41 patients blessés. Six parmi eux sont décédés. MSF déplore la mort d’un membre de son personnel. Grièvement blessé, il est décédé peu de temps après son hospitalisation. Deux heures plus tôt, un autre attentat à la voiture piégée a eu lieu à Azaz, une ville également située non loin de la frontière turque, sous contrôle de l’opposition.  Un bilan provisoire fait état de cinq morts et vingt blessés.

La ville d’Atma était jusque-là relativement épargnée par les affrontements armés. La zone d’Atma abrite un grand nombre de camps près de la frontière turque où ont trouvé refuge plus de 70 000 Syriens. Il semble ainsi que cet attentat meurtrier ait délibérément visé des civils. Ces événements tragiques reflètent la violence croissante qui fait rage en Syrie et à laquelle sont confrontées les populations civiles.

Après plus de trois ans de conflit, le bilan humain est extrêmement lourd, il s’élève à plus de 170 000 morts selon différentes sources. Près d’un Syrien sur deux a dû fuir pour se réfugier dans une autre région jugée moins dangereuse ou un pays étranger.

Pour MSF comme pour les quelques autres organisations humanitaires internationales intervenant en Syrie, il est de plus en plus difficile d’apporter une aide. Or les besoins sont d’une ampleur considérable et la population a d’immenses difficultés pour avoir accès à des soins médicaux.

« Dans ce contexte de très grande insécurité, notre capacité à apporter une aide est aujourd’hui extrêmement limitée », observe le Dr Mego Terzian, président de Médecins Sans Frontières.

MSF a quatre hôpitaux, deux centres de santé et quelques cliniques mobiles, dans des régions contrôlées par l’opposition dans le nord de la Syrie. MSF apporte aussi une aide en Syrie dans des zones très vulnérables et touchées de plein fouet par la guerre en faisant des donations de médicaments, de matériel médical et de biens de première nécessité.

Dossier Urgence Syrie

Retrouvez notre dossier spécial rassemblant toutes nos informations à propos de nos activités relatives au conflit qui se déroule en Syrie et dans les pays voisins.

À lire aussi