Soudan du Sud : MSF condamne le pillage de ses structures à Bentiu

Après avoir fui les zones de combats à Bor l'arrivée à Awerial MSF/Judy Waguma
Après avoir fui les zones de combats à Bor, l'arrivée à Awerial © MSF/Judy Waguma ©MSF/Judy Waguma

Médecins Sans Frontières (MSF) condamne fermement le pillage de ses installations qui a eu lieu le 9 janvier à Bentiu, capitale de l'État d'Unity au Soudan du Sud. MSF était l'une des rares organisations humanitaires encore présentes dans la ville et apportait son aide aux personnes déplacées et aux blessés à l'hôpital. Ce pillage compromet non seulement les opérations de MSF à Bentiu, mais met aussi en danger la réponse humanitaire aux violences actuelles.

« Il est inacceptable que l'une des seules organisations humanitaires à fournir encore une assistance à la population de Bentiu ait été pillée, déclare Arjan Hehenkamp, directeur général à MSF. MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter l'intégrité des structures médicales, à permettre l’accès aux communautés touchées et à permettre aux patients d'arriver jusqu’aux structures médicales quelle que soit leur origine et leur appartenance ethnique. »

MSF travaille à Bentiu depuis 2010. Avant le conflit, l'association fournissait des soins aux patients atteints de tuberculose, du VIH et de malnutrition, au sein de la population locale. Quand le conflit a éclaté, MSF a concentré ses activités sur les soins postopératoires, à l’hôpital, pour les blessés ainsi que sur les soins de santé primaires pour les personnes déplacées ayant trouvé refuge dans une base des Nations Unies.

Avec la poursuite du conflit, des milliers de personnes se trouvent privées de soins médicaux à Bentiu et, selon certaines estimations, 10 000 personnes sont déplacées et en partance pour Leer.

« À Bentiu et aux alentours, des milliers de personnes n'ont aucun accès à l'eau, à la nourriture et aux soins de santé, constate Raphaël Georgeu, chef de mission de MSF au Soudan du Sud. MSF ne pourra pas reprendre à Bentiu ses activités d’une très grande nécessité tant que la sécurité de nos patients, du personnel et de nos structures médicales ne sera pas garantie. »

Le 8 janvier, en raison de la dégradation de la situation sécuritaire, les équipes de MSF ont dû être transférées à Leer, à trois heures et demie de route de Bentiu, où elles fournissent un appui à leurs collègues de l'hôpital que MSF gère depuis 25 ans. Les équipes dispensent les soins médicaux habituels, mais elles commencent aussi à prendre en charge des blessés de guerre venant de Bentiu.

« Des milliers de personnes ont fui la ville et sont parties dans la précipitation sans rien pouvoir emporter. Nous faisons de notre mieux pour déterminer si ces personnes peuvent avoir de l'eau, de la nourriture et des soins médicaux sur la route entre Bentiu et Leer, et nous nous préparons à apporter des secours à ceux qui en ont le plus besoin. »

MSF au Soudan du Sud

Depuis 1983, MSF travaille dans la région qui constitue aujourd'hui la République du Soudan du Sud. MSF mène actuellement 15 projets dans neuf des 10 États du pays : à Agok, Aweil, Awerial, Bentiu, Gogrial, Gumuruk, Djouba, Lankien, Leer, Maban, Malakal, Nasir, Yambio, Yida et Yuai.

MSF répond à de nombreuses urgences, notamment à des déplacements massifs de populations, des afflux de réfugiés, à la malnutrition et des épidémies telles que la rougeole, le paludisme, la diarrhée et le kala-azar. De plus, elle dispense des soins essentiels et spécialisés. Les équipes de MSF comprennent actuellement 228 expatriés qui travaillent avec 2 917 collègues sud-soudanais.

Dossier spécial

Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud.

À lire aussi