Soudan du Sud – Aggravation de la crise sanitaire pour les 63 500 réfugiés du camp de Yida

Des réfugiés à leur arrivée dans le camp de Jamam dans l'Etat du Nil Supérieur voisin de l'Etat d'Unité où se situe Yida. Shannon Jensen
Des réfugiés à leur arrivée dans le camp de Jamam, dans l'Etat du Nil Supérieur, voisin de l'Etat d'Unité où se situe Yida. © Shannon Jensen ©Shannon Jensen

Près de 500 personnes affluent chaque jour dans le camp de Yida, portant à 63 500, selon le HCR*, la population d’un camp déjà surpeuplé, qui était prévu au départ pour 15 000 personnes. Fuyant le conflit et l’insécurité alimentaire dans le Sud Kordofan, au Soudan voisin, elles arrivent aujourd’hui dans des conditions critiques, après des jours voire des semaines de marche en provenance des Monts Nouba.

« La plupart de nos patients sont dans un état de choc, et la mortalité hospitalière augmente à mesure que la population du camp s’accroît,explique le Dr Mego Terzian, responsable des urgences à MSF. Les patients sont si nombreux que nous devons concentrer nos efforts sur ceux dont le pronostic vital est engagé et sur les enfants qui souffrent de diarrhées, d’infections sévères et  de malnutrition. »

Dans l'hôpital géré par MSF, les admissions des enfants de moins de cinq ans, qui représentent la grande majorité de nos patients, ont en effet doublé en un mois, passant de 104 à 209. Le pourcentage d’enfants malnutris en consultation est également en augmentation. La mortalité hospitalière a elle aussi doublé en un mois de 7 à 15%, essentiellement due à des diarrhées et des infections sévères, dont des pneumonies. Les équipes de MSF s’efforcent de sensibiliser les parents à reconnaître les symptômes chez un enfant malade de façon à l’amener le plus tôt possible à l’hôpital.

Depuis avril 2012, la population dans le camp de Yida a plus que triplé. Alors que la pluie a déjà commencé, les approvisionnements en eau et les moyens d’assainissement sont aujourd’hui insuffisants pour faire face à l'afflux de population. Malgré les efforts des organisations présentes, les conditions d’accueil et de vie pour les 63 500 réfugiés sont totalement inadaptées, voire dépassées.

« La majorité des consultations dans les structures médicales de MSF sont liées à des maladies d’origine hydrique qui pourraient être contenues grâce à un accès à l'eau potable et à des latrines en quantités suffisantes, explique André Heller Pérache, chef de mission MSF au Soudan du Sud.

Pour répondre à l’augmentation constante des besoins, MSF, le principal acteur médical présent dans ce camp, intensifie ses activités en portant à 60 lits la capacité hospitalière avec trois tentes supplémentaires dans l’hôpital. MSF renforce également ses équipes qui comptent déjà plus de 80 personnes.


MSF intervient à Yida dans l’Etat d’Unity, au Soudan du Sud, depuis novembre 2011. Dans le camp de réfugiés de Yida, MSF gère un hôpital, un service de consultation et dispense des soins médicaux au point d'enregistrement du camp. En juin, MSF a vacciné plus de 14 000 enfants de moins de 15 ans contre la rougeole et continue à vacciner les enfants de six mois à cinq ans au point d’enregistrement du camp. D’autres équipes MSF apportent une assistance aux réfugiés soudanais dans l’Etat du Nil Supérieur.
 

*Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

 

Urgence Soudan du Sud
 

Pour faire face à l’urgence au Soudan du Sud, MSF lance aujourd’hui un appel aux dons.

Par courrier : Médecins Sans Frontières
Urgence Soudan du Sud
BP 30134
75 523 Paris Cedex 11

Et sur le site MSF : www.msf.fr

Dossier spécial Urgence au Soudan du Sud

Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe actuellement le Soudan du Sud.

Activités de MSF dans les camps de réfugiés

Activités de MSF dans les camps de réfugiés
Cliquer pour zoomer

À lire aussi