Soigner les blessés en Syrie - une priorité oubliée

Hôpital de campagne détruit par les forces armées  Syrie mars 2012
Hôpital de campagne détruit par les forces armées - Syrie, mars 2012 ©MSF

Les Nations Unies et les autorités syriennes ont enfin convenu de mettre en œuvre un plan d’aide humanitaire. Cela constitue une avancée. Médecins Sans Frontières juge toutefois cela insuffisant pour répondre aux urgences médicales du moment.

Les Nations Unies et les autorités syriennes ont enfin convenu de mettre en œuvre un plan d’aide humanitaire. Cela constitue une avancée. Aux termes de l’accord conclu la semaine dernière, quelques organisations et agences humanitaires - des acteurs déjà présents en Syrie et intervenant auprès des réfugiés irakiens - devront pouvoir déployer des secours. Médecins Sans Frontières juge toutefois cela insuffisant pour répondre aux urgences médicales du moment. Aujourd’hui il est primordial de prendre en charge les victimes du conflit : les blessés et les patients ayant besoin de soins d’urgence. Or le dispositif prévu néglige l’importance de garantir la neutralité des espaces de soins.

Pour les parties qui ont engagé un dialogue avec les autorités syriennes, l’accès aux soins pour toutes les victimes du conflit devrait être une priorité. Cela passe par le respect de l’intégrité des patients et du personnel soignant, ainsi que des structures de santé. Les violences en Syrie durent depuis plus de seize mois et fournir aux hôpitaux des médicaments et du matériel médical ne saurait suffire pour faire face aux afflux de blessés. Il faut d’abord augmenter les capacités de prise en charge des patients. Les équipes soignantes syriennes doivent pouvoir travailler sans discrimination ni menaces de représailles et recevoir le renfort d’équipes médicales à même d’agir de manière impartiale.

MSF réitère sa demande auprès des autorités syriennes de pouvoir intervenir dans les régions touchées par les violences. MSF est prête à mobiliser rapidement les moyens médicaux et chirurgicaux nécessaires pour soigner les blessés.

À lire aussi