Soyez là où votre don sauve des vies

Note de synthèse du Département Logistique sur la gestion des déchets dangereux : étude effectuée en Haïti

GESTION DES DÉCHETS DANGEREUX

En tant qu’acteur médical, MSF s’est penchée sur les effets délétères de ses déchets. De fait, les interventions de MSF génèrent des produits dangereux qui, s’ils ne sont pas traités, sont dommageables pour la santé et l’environnement. Un état des lieux de l’impact environnemental a déjà été initié en 2009 par MSF Suisse. Dans l’objectif d’améliorer nos pratiques de gestion des déchets et de prendre en compte les problématiques environnementales dans nos opérations, MSF a mené une étude sur le traitement des déchets dangereux pendant 4 mois, de septembre à décembre 2010. Cette évaluation a conduit à la mise en oeuvre d’un projet pilote pendant 2 ans, de 2011 à 2013.

Le choix du pays s’est orienté sur Haïti où sont présents quatre centres opérationnels MSF. Le fait que ce pays n’ait pas ratifié la convention de Bâle, qu’il produise un volume important de déchets ainsi que sa proximité avec les Etats-Unis (qui n’a pas non plus ratifié la Convention), constituent des éléments qui justifient ce choix. L’étude a permis de définir les différents types de déchets dangereux produits, les pratiques actuelles au sein de MSF, les possibilités d’exportation vers une usine de traitement ainsi que les réglementations en matière de transport de déchets.

 

MANAGING HAZARDOUS WASTE

As a stakeholder in health, MSF has been looking into the harmful effects of its waste. MSF’s activities unavoidably generate hazardous waste that, if not treated correctly, can be harmful to people’s health and to the environment. In 2009, MSF Switzerland conducted an initial assessment of the impact of our waste on the environment. Between September and December 2010, MSF France carried out a 4-month study of our treatment of hazardous waste with a view to improving our waste management practices and taking into consideration environmental concerns in the implementation of our operations. Following on from this study, a 2-year pilot project was conducted from 2011 to 2013.

The country chosen for this pilot project was Haiti where four MSF operational centres are present. The fact that Haiti hasn’t ratified the Basel Convention, that it generates large amounts of waste and is geographically close to the United States (which hasn’t ratified the Convention either) were important factors in this choice. This study resulted in the identification of the different types of hazardous waste generated, of MSF’s existing waste management practices, of possibilities for exporting the waste to treatment facilities and of the regulations governing the transportation of waste.

À lire aussi