MSF traite des victimes du conflit dans le sud du Yémen

Salle d'urgence de l'hôpital d'Amran au nord du Yemen.
Salle d'urgence de l'hôpital d'Amran, au nord du Yemen. ©Agnes Montanari

L'augmentation de la violence et des combats depuis samedi dernier dans le sud du Yémen a fait un nombre élevé de victimes et de blessés parmi les civils. Les équipes MSF ont déjà reçu et traité 8 patients gravement blessés à l’hôpital d’Aden, transféré depuis le poste de santé de Jaar, et 43 patients ont été reçus à l'hôpital de Lawdar, tous deux soutenus par MSF.

Depuis samedi, MSF a constaté une augmentation du nombre de patients admis dans les structures de santé de Jaar, Lawdar et Aden, à la suite d'une nouvelle vague de violence et de combats autour de Zinjibar, capitale de gouvernorat d'Abyan, et de Lawdar, cent soixante kilomètres au nord-est de Zinjibar. MSF est préoccupée par le sort des civils pris sous les bombes et demande à tous les belligérants de respecter la protection de la population et de permettre l'accès aux services de santé.

A Jaar, le personnel médical a commencé à travailler dans le bureau de poste où un centre de santé a été improvisé. Le personnel du ministère de la Santé, soutenu par MSF, a fourni des soins d'urgence de base à la population. Le personnel médical de Jaar a poursuivi ses activités durant ces derniers jours, malgré l'impossibilité de transférer les patients gravement blessés, d’obtenir les fournitures médicales nécessaires et de communiquer avec Aden. Le nombre exact de patients traités depuis le début des combats est encore inconnu mais les équipes ont été récemment en mesure de transférer 4 patients à Al-Hosn. 8 personnes, dans un état particulièrement grave, ont également pu être dirigées vers le centre chirurgical MSF d'Aden. Tous sont des civils souffrant de blessures liées à explosion d'une bombe.

Les équipes de Lawdar Hôpital, soutenues par MSF, ont traité 43 patients depuis samedi dernier, mais ont été incapables de mener à bien tout transfert de patient, en raison de blocages routiers. MSF a commencé à soutenir le personnel médical du ministère de la Santé au niveau de la salle d'urgence et de la maternité en janvier dernier, compte tenu de  l'isolement de la zone causé par les conflits et l'instabilité environnante. Durant les 15 jours d’avril où de violents affrontements ont éclaté, plus de 200 personnes sévèrement blessées ont été reçues dans la salle d'urgence de l'hôpital de Lawdar.

Depuis janvier 2012, plus de 3 000 patients ont été traités dans le poste de santé de Jaar et plus de 1 500 au sein de la salle d'urgence à Lawdar. Nos structures médicales ont transférés à Aden plus de 200 cas aigus qui ne pouvaient pas être prises en charge dans la région d'Abyan. Plus d'un tiers des patients présentait des traumatismes liés à la violence ; la grande majorité d’entre eux était des victimes civiles.


MSF est présente au Yémen depuis 1994 et sans interruption depuis 2007. Aujourd'hui, l'association mène également des activités médicales et chirurgicales dans les gouvernorats d'Amran et Hajjah, dans le nord du pays, ainsi que dans ceux de Lahj, Abyan, Aden et Al-Daleh, dans le Sud.

Médecins Sans Frontières est une organisation humanitaire privée et internationale qui apporte une aide médicale d'urgence dans plus de 65 pays dans le monde. Pour ses activités au Yémen, MSF n’accepte les financements d’aucun gouvernement et a choisi de compter uniquement sur des dons privés.

À lire aussi