Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

MSF demande l'accès à ses patients dans la bande de Gaza.

Nord de Gaza / Paris, le 9 octobre 2004.

Depuis le 28 sept 2004 et le début de l'opération "Jours de Pénitence" dans la bande de Gaza, les équipes médicales de Médecins Sans Frontières sont dans l'impossibilité totale d'accéder à leurs patients résidant dans le centre et le sud de la zone.

Depuis, et en dépit des demandes répétées aux autorités israéliennes, nos équipes n'ont reçu aucune autorisation officielle pour atteindre ces zones et leurs habitants. Aujourd'hui encore, Gaza est coupée en trois parties et l'accès à nos patients est strictement impossible.

En outre, les membres de MSF, de même que toute la population de cette zone, sont soumis à une violence directe. A Beit Hanoun, un de nos employés, ainsi que sa famille, ont été bloqués dans leur maison partiellement détruite, tandis que l'armée détruisait leur voiture et tuait leur bétail. La famille (qui n'était pas ciblée en tant que membre de MSF) a été visée alors qu'elle tentait de fuir. Pendant ce temps, les autorités compétentes assuraient à MSF que les tirs et les destructions allaient cesser. En dépit de ces assurances, l'attaque s'est poursuivie.
L'autorisation d'évacuer la famille a été refusée à MSF et celle-ci a dû s'enfuir vers une maison voisine, tout aussi menacée. Nos équipes n'ont reçu l'autorisation de l'évacuer que 48 heures plus tard.
Depuis juillet dernier, les autorités concernées sont pourtant prévenues officiellement de la présence de membres du personnel MSF dans cette zone.

Depuis le déclenchement de cette opération, MSF reçoit quotidiennement de nombreux appels des populations enfermées à Beit Hanoun, Beit Lahia, et Jabalia, demandant une aide urgente en nourriture, eau potable ou médicaments. Ces trois zones sont, depuis le 28 septembre, totalement isolées du reste de la bande de Gaza, et tout mouvement y est interdit.
Les autorités médicales de la zone ont demandé aux psychologues MSF de réaliser des débriefings d'urgence auprès de leur personnel médical. Cela n'a pas encore été possible, les hôpitaux subissant aussi des tirs. Depuis huit jours, les équipes MSF, qui ont la capacité d'apporter une aide médicale et nutritionnelle d'urgence aux familles qu'elles suivent, en sont réduites à attendre un éventuel feu vert de l'armée israélienne.

A nouveau, MSF demande l'accès à ses patients dans la bande de Gaza.

Pour de plus amples informations veuillez contacter Aurélie Grémaud au 06 76 22 02 79

À lire aussi