Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Libye : MSF évacue par bateau plus de 70 blessés de Misrata

Le 3 avril Médecins Sans Frontières (MSF) a évacué par bateau 71 blessés de la ville libyenne de Misrata où les structures médicales sont débordées par l'afflux de personnes blessées dans les violences.
© Aurelie Lachant / MSF

Le 3 avril, Médecins Sans Frontières (MSF) a évacué par bateau 71 blessés de la ville libyenne de Misrata, où les structures médicales sont débordées par l'afflux de personnes blessées dans les violences.

« Nous avons réussi à accoster à Misrata malgré les intenses combats dans la ville ces derniers jours, a déclaré Helmy Mekaoui, un médecin MSF qui a coordonné l'évacuation médicale. Les violences ont provoqué un afflux de blessés. Etant sur place, nous avons pu les embarquer. » Parmi les patients évacués, trois personnes étaient dans un état critique, onze souffraient de traumatismes majeurs et de nombreuses autres avaient des blessures abdominales et des fractures ouvertes. Des soins médicaux intensifs leur ont été dispensés à bord alors que le bateau appareillait pour la Tunisie.

A Misrata, les cliniques qui fonctionnent encore sont débordées par l'afflux de blessés graves et manquent cruellement de matériel médical. À l'arrivée du bateau à Misrata, six tonnes de matériel médical d'urgence, comprenant 300 kits chirurgicaux pour réaliser 1000 opérations, des médicaments, ainsi que du matériel de stérilisation et des perfusions, ont été données au Comité médical de Misrata afin d'aider les structures médicales de la ville à faire face à l'afflux de blessés.

Le bateau est arrivé le 4 avril au matin dans le port de Sfax en Tunisie et les patients ont aussitôt été transférés dans différents hôpitaux. A bord, l'équipe médicale de MSF comptait sept médecins, trois infirmières et un psychologue, dont sept personnels médicaux tunisiens qui s'étaient portés volontaires. A l'arrivée à Sfax, les autorités sanitaires tunisiennes ont organisé le transfert des patients dans une dizaine de structures médicales du pays. L'évacuation et la prise en charge des patients ont été possibles grâce au soutien des autorités tunisiennes et aux efforts du personnel médical de Misrata.

Alors que le conflit se poursuit en Libye, MSF accroît son aide aux personnes touchées par les violences sans discrimination. L'organisation médicale renforce ses équipes sur le terrain, envoie du matériel médical supplémentaire et facilite l'évacuation des blessés et des malades.

MSF réitère son appel à tous les belligérants de permettre l'accès sans entrave aux soins médicaux pour toutes les personnes victimes de violence. MSF appelle également au respect des installations médicales, du personnel de santé et des véhicules transportant les patients.


A Benghazi, dans l'est de la Libye, des équipes MSF fournissent des médicaments et du matériel chirurgical et anesthésique aux établissements de santé en coordination avec le Comité médical libyen. Jusqu'à présent, 44 tonnes de matériel sont arrivées dans le pays. Du matériel supplémentaire est en route. Les équipes de MSF sur le terrain ont été renforcées avec du personnel médical qui fournira notamment une formation en soins infirmiers. Le 21 mars, MSF a aussi envoyé des kits chirurgicaux pour 300 blessés à l'hôpital de Misrata.

A Ras Adjir en Tunisie, à la frontière avec la Libye, les équipes MSF ont apporté un soutien psychologique aux personnes fuyant le conflit. Elles travaillent dans le camp de transit de Choucha, où les gens sont en attente de rapatriement ou de réinstallation. Depuis le début des combats en Libye, la priorité de MSF a été l'accès aux zones où les besoins médicaux sont les plus grands.

À lire aussi