URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Gaza : Israël doit mettre fin à son entreprise de mort et de destruction

Gaza : Israël doit mettre fin à son entreprise de mort et de destruction
Bombardements sur la bande de Gaza © MSF

Alors que le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit en urgence ce mardi 28 mai à la suite des frappes israéliennes sur des camps de déplacés dans le sud de la bande de Gaza, Médecins Sans Frontières (MSF) demande l'arrêt immédiat de l'offensive de Rafah et des atrocités qui l’accompagnent. La stratégie militaire d'Israël, qui consiste à bombarder des zones densément peuplées, conduit immanquablement à des massacres de civils. 

Frappes sur des déplacés

« Les civils se font massacrer. Ils sont poussés dans des zones qu’on leur a désignées comme sûres, où ils sont soumis à des frappes aériennes incessantes et à des combats violents », déclare Chris Lockyear, secrétaire général de MSF. « Des familles entières, composées de dizaines de personnes, sont entassées dans des tentes et vivent dans des conditions extrêmement difficiles. Plus de 900 000 personnes ont à nouveau été déplacées de force depuis que l’armée israélienne a intensifié son offensive sur Rafah au début du mois de mai. » 

Ce mardi, selon les autorités sanitaires locales, 21 Palestiniens ont été tués et 64 blessés après que les forces israéliennes ont à nouveau bombardé un camp de déplacés à Al-Mawasi, à l'ouest de Rafah. 

Le personnel médical et les patients d’un centre de stabilisation soutenu par MSF à Tal Al-Sultan, à Rafah, ont été contraints de fuir dans la nuit du 27 au 28 mai, alors que les hostilités aux alentours s’intensifiaient, mettant à nouveau un terme à toutes les activités médicales de la structure.

La veille, une frappe aérienne de l’armée israélienne a tué au moins 49 personnes et blessé environ 250 autres dans un camp de déplacés situé à proximité. 180 d’entre elles ont alors été prises en charge par le personnel du centre, soutenu par MSF, qui a aussi reçu 31 morts. Les patients souffraient de brûlures graves, de blessures par éclats d’obus, de fractures et d’autres lésions traumatiques. Ils ont été stabilisés et dirigés vers des hôpitaux de campagne situés vers Al-Mawasi, plus à l’ouest, car il n’y a plus d’hôpitaux fonctionnels, capables de faire face à un tel afflux de blessés. 

Soutien complice des Etats

« Durant toute la nuit dernière, nous avons entendu des combats, des bombardements et des tirs de roquettes. Personne ne sait ce qui se passe exactement », explique le Dr Safa Jaber, médecin de MSF, qui vit dans le camp de Tal Al-Sultan avec sa famille. « Nous avons peur pour nos enfants et pour nous-mêmes. Tout se déchaîne si soudainement.sommes-nous censés aller ? » 

La semaine dernière, la Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné à Israël de cesser "immédiatement" son offensive militaire à Rafah et de laisser entrer et permettre le déploiement de l'aide humanitaire qui fait cruellement défaut. Mais l'offensive israélienne dans le sud de Gaza s'est encore intensifiée, aucune aide significative n'est entrée dans l'enclave depuis le 6 mai, et les attaques systématiques contre le système de santé se sont poursuivies.

Tous les pays qui soutiennent les opérations militaires d'Israël dans ces circonstances sont moralement et politiquement complices. MSF appelle les pays, en particulier les États-Unis, le Royaume-Uni et les États européens alliés d’Israël, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour convaincre Israël de mettre fin au siège et aux attaques indiscriminées contre les civils et les infrastructures civiles à Gaza. 

Hôpitaux hors service

Près de huit mois après le début de la guerre, il n'y a plus un seul établissement de santé à Gaza capable de prendre en charge un afflux massif de blessés, comme celui du 27 mai. Le jour-même de la fermeture du centre de traumatologie de Tal Al-Sultan, soutenu par MSF, l’hôpital koweïtien de Rafah a été mis hors service par une frappe aérienne qui a touché l’hôpital et tué deux membres du personnel. Presque tous les hôpitaux de Rafah ont été évacués et sont soit hors service, soit à peine fonctionnels, privant des milliers de civils de toute possibilité de prise en charge.  

«Des centaines de milliers de civils sont victimes d’une punition collective qui dure depuis huit mois », déclare Karin Huster, référente médicale du projet MSF à Gaza. « Outre les bombardements, les entraves à l’aide humanitaire empêchent toute forme de secours. » 

Les bombardements israéliens et les violents combats continuent également de dévaster le nord de l'enclave, presque totalement inaccessible aux travailleurs humanitaires. Les hôpitaux du nord sont exposés aux combats et ont subi d’importantes destructions, notamment ceux d’Al-Awda et Kamal Adwan, ce dernier, l’un des derniers fonctionnels, ayant été bombardé par les forces israéliennes ce mardi. L’hôpital Al-Aqsa à Deir al Balah et l’hôpital Nasser à Khan Younis signalent des pénuries de carburant et pourraient également se retrouver hors d’état de fonctionner.  

MSF demande aux belligérants de respecter et protéger les établissements médicaux, leur personnel et leurs patients.  

Israël doit cesser immédiatement son offensive sur Rafah et ouvrir le point de passage de Rafah, permettant ainsi l’entrée significative de l’aide humanitaire. 

MSF demande à nouveau un cessez-le-feu immédiat et durable dans toute la bande de Gaza.

À lire aussi