Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Déclaration de MSF suite au jugement du Tribunal de Première Instance (TPI) de la République et Canton de Genève dans le cas qui l'oppose au Gouvernement des Pays-Bas

MSF a pris connaissance avec satisfaction du jugement du Tribunal de Première Instance (TPI) de la République et Canton de Genève dans le cas qui l'oppose au Gouvernement des Pays Bas. Ce procès porte sur le remboursement d'une rançon payée en avril

MSF a pris connaissance avec satisfaction du jugement du Tribunal de Première Instance (TPI) de la République et Canton de Genève dans le cas qui l'oppose au Gouvernement des Pays-Bas. Ce procès porte sur le remboursement d'une rançon payée en avril 2004 par les autorités néerlandaises afin de libérer Arjan Erkel, chef de mission de MSF, retenu en otage dans la région du Caucase Nord pendant plus de 600 jours.

Le gouvernement néerlandais affirmait avoir agi pour le compte de MSF. Le tribunal l'a débouté de sa demande de manière non équivoque, l'obligeant ainsi à assumer ses actes publiquement.

MSF sort renforcée par ce verdict qui confirme la version des faits tels qu'elle les a présentés depuis le début de la procédure.

Cette décision est aussi un soulagement car elle rejette la tentative du gouvernement hollandais de porter atteinte à MSF, en niant de facto l'utilité publique de sa mission d'assistance auprès des populations dans le besoin.

Malgré ce jugement positif, MSF ne peut que condamner la manière utilisée par les autorités néerlandaises pour résoudre cette affaire et regrette que tant d'énergie et d'efforts aient dû être consacrés à la gestion de cette procédure, bien après la libération d'Arjan Erkel.

Fidèle à ses principes, MSF continue et continuera dans le même esprit solidaire à porter secours aux populations dans le besoin, dans la région du Caucase ou ailleurs dans le monde en toute indépendance et impartialité.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter:
Bénédicte Jeannerod: + 33 1 40 21 28 49
Aymeric Péguillan: + 41 22 849 84 87

À lire aussi