URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Décision choquante et désolante du Tribunal Fédéral dans le procès qui opposait MSF et le gouvernement néerlandais.

Après quatre ans de procédure le Tribunal Fédéral a rendu une décision choquante: MSF doit payer une partie de la rançon d'1 million d'euros montant versé par le gouvernement néerlandais pour la libération d'Arjan Erkel ressortissant néerlandais
© Michael Yassukovich

Après quatre ans de procédure, le Tribunal Fédéral a rendu une décision choquante: MSF doit payer une partie de la rançon d'1 million d'euros, montant versé par le gouvernement néerlandais pour la libération d'Arjan Erkel, ressortissant néerlandais travaillant pour la section suisse de Médecins Sans Frontières, retenu en otage pendant 20 mois.

Genève, le 14 juillet 2008 - Médecins Sans Frontières est choquée par la décision du Tribunal Fédéral, la plus haute instance judiciaire suisse, de renvoyer dos à dos l’organisation humanitaire et le gouvernement néerlandais. Ce dernier avait attaqué MSF en justice en demandant le remboursement d’une rançon de 1 million d’euros, selon le gouvernement néerlandais, négociée et payée en avril 2004 par les autorités néerlandaises pour la libération d’Arjan Erkel. Chef de mission de MSF, il avait été retenu en otage dans la région du Caucase Nord pendant 20 mois.

Après quatre ans de procédure, malgré deux jugements favorables à MSF en première et deuxième instance, le Tribunal Fédéral a partiellement admis le recours de l’état néerlandais en partageant le coût financier. Cette décision crée un sérieux précédent pour l’action humanitaire indépendante en zone de conflit.

Il est inacceptable de faire porter à une organisation humanitaire la responsabilité de payer en partie une rançon négociée et versée par un gouvernement.

« Après deux décisions de justice favorables à MSF, ce jugement de Salomon est désolant. Il masque le rôle d’un gouvernement qui a négocié et payé une rançon et qui a ensuite passé la facture à MSF. Cette décision fait partie de tendances plus lourdes qui fragilisent l’action humanitaire indépendante. Ce verdict, rendu sur les terres des conventions de Genève, est inquiétant pour les équipes qui travaillent en zone de conflit, comme en Somalie ou au Darfour» explique Isabelle Segui-Bitz, présidente de MSF.

Alors que les faits établis par la Cour de Justice de Genève ont confirmé sans équivoque la position de MSF, il est inacceptable de faire porter à une organisation humanitaire la responsabilité de payer en partie une rançon négociée et versée par un gouvernement.

En acceptant, comme le demandait le gouvernement hollandais, de réduire les conséquences de l’enlèvement d’un travailleur humanitaire à un simple litige commercial, la décision du Tribunal Fédéral participe à la banalisation des crimes commis contre les travailleurs humanitaires qui se multiplient en toute impunité depuis plusieurs années.

À lire aussi