Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Beit Hanoun : Attaques contre les civils et destruction des biens essentiels à leur survie

Paris, le 27 mai 2003.

La longue série des incursions militaires israéliennes dans la ville de Beit Hanoun, dans la bande de Gaza, continue et s'intensifie. La dernière s'est soldée par de violentes agressions à l'encontre des civils et la destruction des biens essentiels à leur survie. Médecins Sans Frontières (MSF), présente à Gaza depuis le début de la deuxième Intifada, déplore ces destructions injustifiées et s'inquiète des conséquences médicales, psychologiques et matérielles pour les familles touchées par ce désastre.

Depuis le 14 mai, l'armée israélienne a détruit au moins 10 maisons et plus de 100 ha de zones agricoles, laissant des centaines de personnes sans foyer et/ou sans moyens de subsistance.
De plus, l'armée israélienne occupe la zone industrielle de Beit Hanoun et elle se construit une nouvelle voie d'accès militaire entre cette zone et la ligne verte.

Une équipe de Médecins Sans Frontières (MSF) a mené une mission exploratoire, les 20 et 21 mai derniers, dans la ville et ses abords.

Les vergers ont été rasés, le pont sur la route principale a - à nouveau - été frappé et plusieurs rues démolies. Cinq maisons dans le quartier de Haï Zeitoun ont été détruites, ainsi que plusieurs autres le long de la route de Salah a-Din. Le mur d'une mosquée a même été « perforé » par un bulldozer, apparemment parce que le muezzin demandait de l'aide pour les familles dont les maisons étaient détruites.

Dans certains cas, les familles à l'intérieur des maisons, qui n'avaient pas été averties, ont dû sauter par les fenêtres pour se sauver. « Nous avions une minute pour quitter la maison » témoigne un homme. Les familles ne pouvaient rien emporter avec elles et sont désormais abandonnées, sans-abri et sans aucun bien. Certaines, piégées dans leur propre maison, se sont vues refuser l'accès à l'eau, avant d'être jetées dehors quelques jours plus tard.

20 personnes étaient enfermées dans la zone industrielle. MSF et d'autres organisations n'ont pas obtenu l'autorisation d'intervenir.

Lors de cette incursion, plusieurs maisons ont été occupées par les soldats, plusieurs heures ou plusieurs jours. Ainsi, une des maisons a été occupée par une cinquantaine de soldats pendant plus de deux jours. Lorsque tôt le matin, le père a ouvert la porte, il a été frappé à l'arrière de la tête avec la crosse d'un fusil. Les 12 personnes de la maison ont été enfermées dans une pièce. On leur a volé leur argent, mais le père a réussi à convaincre les soldats de ne pas tuer son bétail. D'autres n'ont pas eu cette chance : une femme raconte comment le bulldozer a non seulement rasé sa ferme, mais a en même temps enterré sa vache, ses moutons et ses poulets, vivants.

Les enfants et adultes que MSF a pu rencontrer montrent des signes de choc et des troubles post-traumatiques. Plusieurs familles auront besoin d'un soutien psychologique et éventuellement d'une aide matérielle.

Depuis jeudi, l'armée israélienne a intensifié sa présence dans cette partie de la bande de Gaza. L'équipe de MSF retournera à Beit Hanoun dimanche prochain.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter :
Isabelle MERNY (Paris) : 01 40 21 28 42
Peter ORR (Gaza) : (00) 972 8 285 0123 / mobile (00) 972 057 401 724
ou Valérie BABIZE (Jérusalem) : mobile (00) 972 057 401 723/ bureau MSF (00) 972 2 656 6132

Plus d'informations sur nos programmes dans les Territoires Palestiniens en consultant notre site Internet : www.paris.msf.org

À lire aussi