Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Bahreïn : un membre du personnel de MSF en détention

A Bahreïn un employé de MSF est détenu depuis plusieurs semaines par les autorités sans que la raison de son arrestation les charges retenues contre lui ou le lieu de sa détention ne soient connus.
© REUTERS/Hamad I Mohammed, Alertnet

A Bahreïn, un employé de MSF est détenu depuis plusieurs semaines par les autorités, sans que la raison de son arrestation, les charges retenues contre lui ou le lieu de sa détention ne soient connus.

Bruxelles, le 31 mai 2011 - Un employé de l'organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières est détenu depuis plusieurs semaines à Bahreïn après avoir été sévèrement battu et arrêté par les autorités. Aucune information n'a été fournie concernant son état de santé et l'endroit où il est détenu, ni à sa famille, ni à son avocat.

Saeed Mahdi a été arrêté à Barheïn le 6 mai 2011, deux jours après que sa maison ait été incendiée par le personnel de sécurité.

« Depuis l'arrestation de Saeed Mahdi, nous n'avons aucune information sur l'endroit où il est détenu, sur les raisons de son arrestation, ni sur les charges retenues contre lui », explique Jérôme Oberreit, directeur des opérations de MSF à Bruxelles.

Bien que le ministère de l'Intérieur et le ministère du Développement social aient promis que les visites étaient permises, ni sa famille ni son avocat n'ont eu l'autorisation de le voir.

« Etant donné le type de blessures dont les gens souffrent suite aux maltraitances endurées en détention - comme a pu en témoigner le personnel médical de MSF - nous sommes extrêmement préoccupés pour la sécurité de Saeed Mahdi », ajoute Jérôme Oberreit.

MSF appelle les autorités à autoriser sa famille et à son avocat à lui rendre visite immédiatement.

 



A Barheïn, MSF a déployé une équipe sur le terrain deux jours après le début des manifestations en février 2011. MSF a constaté que de nombreux Bahreïniens craignent de sortir de chez eux pour aller se faire soigner dans une structure de santé.
Dans un rapport publié en avril 2011, MSF a fait part de son inquiétude sur le manque de neutralité des infrastructures médicales de Bahreïn et la privation de soins qui en découle pour de nombreuses personnes malades ou blessées.

 

À lire aussi