Yémen – MSF répond aux conséquences de la violence dans le Sud

Yemen
Yemen ©MSF

Au sud du Yémen, où des tensions politiques et des affrontements perdurent, MSF adapte en permanence son intervention afin d'assurer un accès aux soins pour les blessés et les urgences médicales.

L'association intervient dans deux structures de soins d'urgence, organise des transferts de blessés vers Aden et apporte des soins primaires et secondaires dans plusieurs parties des gouvernorats d’Aden, Abyan et Lahj.

Depuis plus d'un an, le sud du Yémen est affecté par une vague de violences, provoquant de nombreux blessés et affectant les capacités de prise en charge du système de soins.

Au cours des derniers mois, MSF a apporté un soutien financier, en ressources humaines et en matériel médical à deux salles d'urgence de la région et à un hôpital privé d'Aden, afin de permettre une prise en charge gratuite des urgences médicales et chirurgicales liées à la violence.

Le contexte, volatile et changeant, demande à redéfinir constamment les lieux et les modalités d'intervention, à la fois pour aller au plus près des patients et assurer la sécurité des équipes soignantes.

Améliorer l’accès aux soins chirurgicaux à Aden

Agitée par des tensions politiques, Aden, principale ville de la région, est régulièrement théâtre de manifestations, parfois caractérisées par des affrontements entre manifestants et forces de sécurité.

Lors d’un de ces épisodes, le 13 janvier dernier, au moins 5 morts et des dizaines de blessés ont  été enregistrés. MSF a aidé à la prise en charge des blessés dans l'un des hôpitaux privés de la ville, où 36 patients ont  été reçus, dont 13 blessés par balle nécessitant des soins chirurgicaux. Deux autres personnes sont  décédées avant leur arrivée à l'hôpital.

Transfert des blessés des zones de conflits

Dans la région d'Abyan, à l'est d'Aden, les combats qui opposent forces de sécurité yéménites et groupes armés de mouvance islamiste ont connu une relative accalmie au cours des dernières semaines. Mais les besoins médicaux demeurent importants, alors que plusieurs structures de soins ont été endommagées par les combats et que d'autres demeurent inaccessibles.

S'il est impossible pour ses équipes d'accéder aux zones où les combats sont les plus intenses, MSF a mis en place un système de transfert des blessés à partir de Jaar, environ 70 km au nord-est d'Aden. Plus de 1 500 patients ont pu recevoir les premiers soins d'urgence dans un poste de santé soutenu par MSF dans la ville. Parmi eux, plus de 200 ont été transférés par ambulance vers Aden pour avoir accès à des soins chirurgicaux et hospitaliers gratuits. 3 225 patients ont également pu accéder à une consultation et à un traitement grâce à l'appui de MSF.  

Plus à l’est, l’association a effectué deux donations en médicaments et matériel médical à la salle d’urgence de l’hôpital de Lawdar. Une flambée de cas de rougeole ayant été rapportée dans cette région au cours des derniers mois, des traitements contre la maladie ont également été mis à disposition.

Soutien aux salles d’urgence

Dans la ville d'Al-Daleh, au nord-ouest d'Aden, MSF intervient directement dans la salle d'urgence de l'hôpital de district, à travers un soutien financier, en ressources humaines, en médicaments et en matériel médical. Depuis le mois d'août, plus de 4 400 patients ont ainsi reçu des soins d'urgence et 120 ont pu être transférés à Aden.

A Al-Hosn ville, à l'est d'Aden, MSF intervient depuis mai 2011 en réponse à la détérioration du système de santé publique dans le gouvernorat, à cause de la violence. En coopération avec le bureau local du ministère du la Santé, une équipe MSF soutient une unité de soins primaires dans la ville, qui offre des soins à la population locale et aux personnes déplacées.

MSF travaille également dans le gouvernorat de Lahj, à l'est d’Abyan, où des combats entre différents groupes armés ont des conséquences pour la population. Depuis juillet 2010, une équipe de MSF fournit des soins médicaux dans l’hôpital public de Radfan, qui sert de structure de référence médicale pour quatre districts de près de 160000 personnes. MSF soutient la salle d'urgence, la chirurgie, les services d'hospitalisation, ainsi que le laboratoire médical et la pharmacie.

Enfin, MSF soutient les activités de consultations externes dans trois polycliniques de la ville d'Aden, et prévoit d'apporter son appui à une quatrième, afin d'améliorer l'accès aux soins primaires pour la population résidente et pour  les dizaines de milliers de personnes déplacées par le conflit à Abyan.  Plus de 6 000 personnes ont bénéficié de ces services depuis le mois de juillet.

Par ailleurs, les équipes travaillent aujourd'hui à l'ouverture d'une structure de soins chirurgicaux d'urgence entièrement gérée par MSF dans la ville, destinée à accueillir en priorité les cas liés à la violence et aux traumatismes.
 

MSF est présente au Yémen depuis 1994 et sans interruption depuis 2007. Aujourd'hui, l'association mène également des activités médicales et chirurgicales dans les gouvernorats d'Amran et Hajjah, dans le nord du pays, ainsi que dans celui de Lahj, dans le Sud.

Fin septembre 2011, MSF a dû suspendre ses activités dans le gouvernorat de Saada, suite à l'introduction de nouvelles conditions de travail par les autorités de factode la région.

A l'heure actuelle, plus de 300 personnels nationaux et internationaux MSF sont mobilisés dans le pays, et plus de 100 personnels yéménites du ministère de la Santé participent à la mise en œuvre des activités.

Médecins Sans Frontières est une organisation humanitaire privée et internationale qui apporte une aide médicale d'urgence dans plus de 65 pays dans le monde.

Pour ses activités au Yémen, MSF n’accepte les financements d’aucun gouvernement et a choisi de compter uniquement sur des dons privés.

À lire aussi