Yémen - MSF prend en charge 39 blessés lors des violences dans le Sud du pays

Intervention chirurgicale à l'hôpital de Khameer (Amran) octobre 2010
Intervention chirurgicale à l'hôpital de Khameer (Amran), octobre 2010 ©Agnès Montanari

MSF a renforcé sa présence dans les structures de soins d'Aden pour faire face à l'afflux de blessés. Les équipes seront maintenues dans ces hôpitaux au cours des prochains jours.

39 blessés ont été pris en charge par les équipes médicales de Médecins Sans Frontières à Aden et Al Daleh, dans le sud du Yémen avant-hier, 21 février.

Les élections qui se sont déroulées hier dans le pays ont été boycottées par un mouvement séparatiste local. Cela a donné lieu à des violences, en particulier dans la principale ville de la région, Aden.

MSF a appuyé trois hôpitaux d’Aden, en déployant des équipes médicales et chirurgicales ou en prenant en charge financièrement les soins de santé pour les blessés. Au total, 37 personnes ont été admises dans ces trois structures dans la journée de mardi.

Deux autres blessés par balle ont été soignés par l’équipe MSF qui intervient dans la salle d’urgence de l’hôpital d’Al-Daleh, quelques 120 km plus au nord.

La situation dans la région demeurant tendue, les équipes seront maintenues dans ces hôpitaux au cours des prochains jours, afin d’aider à faire face à d’ultérieurs afflux de blessés.

Depuis plus d’un an déjà, MSF intervient autour des principaux foyers de violence dans le sud du Yémen, et notamment dans les gouvernorats d’Aden, Abyan, Al-Daleh et Lahj, par le soutien à des salles d’urgence, le transfert de blessés et l’amélioration de l’offre de soins primaires pour la population résidente et les déplacés du conflit d’Abyan.

Plus de 15 000 consultations d’urgence et 1 500 actes chirurgicaux ont été effectués en 2011 dans ces programmes.

Médecins Sans Frontières est une organisation humanitaire privée et internationale qui apporte une aide médicale d'urgence dans plus de 65 pays dans le monde.

Pour ses activités au Yémen, MSF n’accepte les financements d’aucun gouvernement et a choisi de compter uniquement sur des dons privés.

À lire aussi