Yémen : la population fuit Haradh après les derniers combats, qui ont fait 11 morts et 67 blessés

Haradh Yémen avril 2015
Haradh, Yémen, avril 2015 ©MSF

Au moins 11 personnes ont été tuées et 67 blessées depuis le 21 avril au cours de frappes aériennes et de bombardements incessants dans le district de Haradh, au nord-ouest du Yémen, a affirmé aujourd'hui l'organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières.

Les 67 blessés ont été soignés par l'équipe médicale MSF à l'hôpital public de Haradh soutenu par MSF. Haradh est devenu une ville fantôme après les combats de ces dernières semaines, qui ont fait fuir la population.

Les dernières attaques ont eu lieu dans la nuit du vendredi 24 avril, lorsque plusieurs obus ont frappé la ville. De larges éclats d'obus ont atterri à moins de 30 mètres de l'hôpital public de Haradh, où l'équipe médicale a pris en charge les premiers blessés. Sur les neuf blessés arrivés à l'hôpital, deux sont morts malgré les efforts du personnel de MSF et du ministère de la Santé.

Les attaques ont provoqué un mouvement de population de grande envergure. Depuis vendredi soir, la majorité des derniers habitants de Haradh ont abandonné leur maison. Ils ont pris la direction du sud vers le district d'Abs et le gouvernorat de Hudeidah dans des voitures et des camions surchargés de personnes et de marchandises.

L'hôpital public de Haradh, qui prend en charge plus de 150 000 personnes, a été pratiquement déserté après le départ de la majorité du personnel et des patients dans la matinée du samedi 25 avril, par crainte d'une attaque visant l'hôpital. L'hôpital public de Haradh était le dernier des quatre hôpitaux de la ville encore en fonctionnement.

« Les attaques visant la ville de Haradh ont obligé la majeure partie de la population à fuir. Ceux qui sont restés n'ont désormais plus accès aux soins, déclare Teresa Sancristoval, responsable du programme MSF au Yémen. Nous demandons à toutes les parties prenantes d'épargner les civils et de respecter la neutralité des hôpitaux et du personnel médical. »

MSF avait précédemment soigné 34 blessés après le raid aérien qui a frappé le camp de déplacés d'Al-Mazraq, près de Haradh, le 30 mars dernier.

Depuis le 19 mars, MSF a directement soigné plus de 1 200 blessés victimes des combats au Yémen au sein de ses programmes dans les gouvernorats d'Aden, d'Ad-Dhale, d'Amran et de Hajjah. Depuis le début du conflit, MSF a également fait des dons de fournitures médicales à des hôpitaux dans les gouvernorats de Sanaa, d'Aden, de Saada et de Lahj.
 

Activités de MSF au Yémen

Survolez la carte pour faire apparitre les informations ou cliquez ici pour l'afficher en grand format.

Activités de MSF au Yémen

À lire aussi