Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

Être généreux ici, c'est soutenir nos médecins sur tous les terrains

En savoir plus

Une photo une info: urgence Philipppines

La tempête tropicale Ketsana a causé la mort de près de 300 personnes et le déplacement de plusieurs centaines de milliers d'habitants de Manille et de sa région le 26 septembre. Une semaine plus tard le typhon Parma a tué 15 personnes et provoqué
<p>La tempête tropicale Ketsana a causé la mort de près de 300 personnes et le déplacement de plusieurs centaines de milliers d'habitants de Manille et de sa région, le 26 septembre. Une semaine plus tard, le typhon Parma a tué 15 personnes et provoqué des dégâts importants dans le nord des Philippines. La capitale et ses environs étaient encore partiellement sous les eaux.</p>

La tempête tropicale Ketsana a causé la mort de près de 300 personnes et le déplacement de plusieurs centaines de milliers d'habitants de Manille et de sa région, le 26 septembre. Une semaine plus tard, le typhon Parma a tué 15 personnes et provoqué des dégâts importants dans le nord des Philippines. La capitale et ses environs étaient encore partiellement sous les eaux.

A Manille, les bidonvilles et les zones les plus pauvres de la ville sont particulièrement inondés.

Des équipes médicales donnent des consultations pour les sinistrés hébergés dans des centres d'évacuations. Chaque clinique itinérante permet de soigner plusieurs de dizaines de patients par jour.

Les maladies les plus fréquentes sont les diarrhées et les infections respiratoires ou de peau. C'est assez simple mais il faut les soigner sans trop attendre, pour éviter des complications, surtout dans les zones encore inondées.

Les populations les plus pauvres de la zone, habitant près des cours d'eau, ont tout perdu, y compris leurs maisons balayées par les flots.

Elles ont besoin de couvertures, d'ustensiles de cuisine, de matelas, de jerrycans et de produits d'hygiène. MSF organise des distributions.

Dans la zone de Laguna Bay, à l'est de Manille, des dizaines de milliers de personnes sont encore regroupés dans des centres d'évacuation, leurs habitations étant encore inondées.

La superficie et la topographie des zones affectées rendent très difficiles l'identification et l'accès aux poches de population ayant besoin d'aide urgente. Pour se déplacer, les équipes MSF utilisent tous les moyens possibles, de l'hélicoptère à de petits bateaux

Photos de Frederic Baldini /MSF et Tony Marchant /MSF.

1 / 9

La tempête tropicale Ketsana a causé la mort de près de 300 personnes et le déplacement de plusieurs centaines de milliers d'habitants de Manille et de sa région, le 26 septembre. Une semaine plus tard, le typhon Parma a tué 15 personnes et provoqué des dégâts importants dans le nord des Philippines. La capitale et ses environs étaient encore partiellement sous les eaux.

A Manille, les bidonvilles et les zones les plus pauvres de la ville sont particulièrement inondés.

Des équipes médicales donnent des consultations pour les sinistrés hébergés dans des centres d'évacuations. Chaque clinique itinérante permet de soigner plusieurs de dizaines de patients par jour.

Les maladies les plus fréquentes sont les diarrhées et les infections respiratoires ou de peau. C'est assez simple mais il faut les soigner sans trop attendre, pour éviter des complications, surtout dans les zones encore inondées.

Les populations les plus pauvres de la zone, habitant près des cours d'eau, ont tout perdu, y compris leurs maisons balayées par les flots.

Elles ont besoin de couvertures, d'ustensiles de cuisine, de matelas, de jerrycans et de produits d'hygiène. MSF organise des distributions.

Dans la zone de Laguna Bay, à l'est de Manille, des dizaines de milliers de personnes sont encore regroupés dans des centres d'évacuation, leurs habitations étant encore inondées.

La superficie et la topographie des zones affectées rendent très difficiles l'identification et l'accès aux poches de population ayant besoin d'aide urgente. Pour se déplacer, les équipes MSF utilisent tous les moyens possibles, de l'hélicoptère à de petits bateaux

Photos de Frederic Baldini /MSF et Tony Marchant /MSF.

1 / 9

À lire aussi