Turquie : MSF vient en aide aux populations des villages touchés par le séisme

Des secouristes recherchent des survivants coincés sous les débris après le tremblement de terre à Ercis en Turquie.
Des secouristes recherchent des survivants coincés sous les débris après le tremblement de terre à Ercis, en Turquie. ©REUTERS / Umit Bektas

Une équipe MSF s’est rendue à Van et Ercis, les zones les plus touchées par le séisme qui a frappé l’Est de la Turquie, le 23 ocotobre dernier, et fait au moins 500 morts et 2 500 blessés.

Après une première phase d'évaluation pour identifier les principaux besoins, MSF se concentre maintenant, en collaboration avec des ONG turques, sur la fourniture de matériel de secours dans les régions rurales où il a été le plus difficile de déployer une aide.

« Les principaux hôpitaux n'ont pas été touchés par le séisme. Le système de santé est solide et répond  de manière adéquate aux besoins médicaux. A Van et à Ercis, les deux principales villes, la réponse des autorités turques a été globalement bonne, explique Jérôme Souquet, responsable d’urgence de MSF. Toutefois, l'équipe MSF a repéré un certain nombre de villages en dehors des grandes villes où les habitants vivent dans des conditions très dures, avec des températures en dessous de zéro la nuit. Certains ont perdu leur maison, d'autres ont peur des répliques et ne veulent pas retourner chez eux. Certaines personnes dorment dans leur voiture, dans des conditions très précaires, et ont besoin d'aide. »

En collaboration avec des ONG turques, MSF va distribuer des tentes pour l'hiver, des couvertures et des ustensiles de cuisine à quelque 10 000 personnes. Deux avions cargo transportant 140 tonnes de matériel de secours sont partis de Dubaï, où MSF dispose d’une base logistique. Par ailleurs, l'équipe sur le terrain va recevoir des renforts pour préparer la distribution de ces secours.

Le réseau d'eau dans ces villages ayant été endommagé par le tremblement de terre, MSF recherche une solution provisoire pour rétablir l’alimentation en eau. L'équipe est aussi en contact avec des organisations locales de psychologues pour commencer à fournir un soutien à la population sinistrée.

À lire aussi