Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Tchad - Témoignages de réfugiés soudanais

Réfugiés dans la région de Birak le 27/02/2008
Réfugiés dans la région de Birak, le 27/02/2008 © Alois Hug /MSF

Les réfugiés soudanais arrivés récemment dans la région de Birak, au Tchad, vivent dans des conditions très précaires. Ils décrivent des attaques d’une
rare violence.

Arrivés au Tchad en février dernier, les réfugiés soudanais se sont regroupés dans différents sites, le long de la frontière. Pour la grande majorité d'entre eux, il ne s'agit pas de la première attaque. Presque tous disent avoir été déplacés, en 2003 ou en 2004, suite à des attaques de miliciens. D’abord des bombardements aériens, puis l’intervention des véhicules de l’armée soudanaise et des miliciens à cheval.

« C’était vendredi, nous étions allés à la prière », raconte Ibrahim, un habitant de Seleah. « C’est alors que les bombardements ont commencé, avec des avions Antonovs. Tout de suite après, des pick-up de l’armée et des hommes à cheval sont entrés dans le village. Ils ont commencé à tirer sur les gens et à tout piller. Nous nous sommes réfugiés dans la chambre, mais les miliciens nous ont poursuivis et ils ont commencé à tout prendre. Quand ils ont voulu prendre la couverture de ma femme, elle a dit non, pas ça, c’est pour couvrir les enfants. Alors ils lui ont tiré une balle. Ensuite ils ont tout pris, même le cheval, et ils sont repartis».

Les premiers réfugiés sont arrivés au Tchad le 9 février, fuyant les attaques sur Seleah, Abu Shuruj et Sirba, au Darfour. Une deuxième vague, venue de la région du Jebel Moon, les a suivi à partir du 20 février, racontant les mêmes événements.

« Les bombardements ont commencé le mardi, avec des avions Antonovs et des hélicoptères », explique Zara, une femme de 26 ans venue d’un village situé au pied du Jebel Moon, région montagneuse proche de la zone. « On s’est tous réfugiés dans la montagne, mais les miliciens nous ont poursuivis et ils ont tué beaucoup de gens. J’étais cachée dans une grotte. L'un d’eux est entré et a regardé. Quand il m’a vu, il a tiré. J’ai reçu une balle à la jambe et une autre au bras. Mon fils est mort sur mon dos. Il avait un an et demi ».

À lire aussi