Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

SRI LANKA - Diaporama sur nos activités

Au Sri Lanka MSF intervient dans la péninsule de Jaffna à l'hôpital de Point Pedro qui se situe à moins de 20 kms de la ligne de front. Cette région qui compte près de 450 000 personnes est isolée du reste de l'île par une zone où se déroulent d
<p>Au Sri Lanka, MSF intervient dans la péninsule de Jaffna, à l'hôpital de Point Pedro, qui se situe à moins de 20 kms de la ligne de front. Cette région, qui compte près de 450 000 personnes, est isolée du reste de l'île par une zone où se déroulent des affrontements opposant les forces armées gouvernementales (SLA) et les rebelles des Tigres Tamouls (LTTE). L'année 2006 a été marquée par une recrudescence du conflit entre les deux parties. Depuis le mois de décembre de la même année, nos équipes interviennent à l'hôpital de Point Pedro pour apporter des soins médicaux, chirurgicaux et de gynécologie/obstétrique aux populations isolées par le conflit.</p>

Au Sri Lanka, MSF intervient dans la péninsule de Jaffna, à l'hôpital de Point Pedro, qui se situe à moins de 20 kms de la ligne de front. Cette région, qui compte près de 450 000 personnes, est isolée du reste de l'île par une zone où se déroulent des affrontements opposant les forces armées gouvernementales (SLA) et les rebelles des Tigres Tamouls (LTTE). L'année 2006 a été marquée par une recrudescence du conflit entre les deux parties. Depuis le mois de décembre de la même année, nos équipes interviennent à l'hôpital de Point Pedro pour apporter des soins médicaux, chirurgicaux et de gynécologie/obstétrique aux populations isolées par le conflit.

© James Nichols/MSF
L'hôpital de Point Pedro dessert potentiellement une population de 113 000 personnes. MSF est la seule organisation non gouvernementale internationale présente à Point Pedro.

© James Nichols/MSF
Depuis le mois d'août 2006, la seule route menant à la péninsule de Jaffna est coupée à cause du conflit en cours. Les conditions de vie des populations sont celles d'une zone militarisée et en guerre : pénurie de produits, de biens, de matériels de première nécessité, couvre-feu, convois militaires. Les habitants de la péninsule sont toujours en proie aux enlèvements, exécutions sommaires, disparitions et attaques armées.

© Frederik Matte / MSF
L'équipe MSF à l'hôpital de Point Pedro est composée de quatre spécialistes : un chirurgien, un médecin urgentiste, un anesthésiste et un gynécologue obstétricien. Leur présence permet de prendre en charge directement certaines pathologies vitales pour les populations isolées.

© James Nichols/MSF
La salle d'urgence de l'hôpital de Point Pedro. Les patients pris en charge dans cette unité sont souvent admis pour de l'asthme aiguë grave, des morsures de serpent, des tentatives de suicides, des infarctus et des accidents cardio-vasculaires.

Un patient en soins intensifs à l'hôpital de Point Pedro, Sri Lanka. Arrivé avec de sérieuses difficultés à respirer, il est pris en charge par le Dr Alvarez et l'anesthésiste, le Dr Sue Lowery. Son état est stabilisé à Point Pedro avant d'être transféré à l'hôpital de Jaffna.

© Kate Janossy / MSF
Grâce à la présence de l'équipe MSF à l'hôpital de Point Pedro, seuls 17% des patients admis en novembre 2007 ont nécessité un transfert à l'hôpital de référence de Jaffna. Ils sont accompagnés par un médecin de l'équipe MSF. Dans cette région, les déplacements de l'ensemble de la population sont difficiles. Il s'agit d'une zone de militarisation intense où l'on compte 1 soldat pour 10 habitants. Les transferts de patients doivent s'effectuer sous autorisations militaires durant le couvre-feu. Mais les équipes parviennent toutefois à référer les malades, même lorsque les convois militaires empruntent les axes routiers.

© James Nichols/MSF
Le chirurgien MSF, Dr Mike Sinclair, en salle d'opération de l'hôpital de Point Pedro. Ici, l'équipe chirurgicale s'apprête à pratiquer une greffe de peau sur un patient présentant une infection au pied. 45% des interventions chirurgicales concernent l'orthopédie et la chirurgie viscérale. Pour les cas plus spécialisés, les patients sont toujours référés sur l'hôpital de Jaffna. On compte près de 203 actes chirurgicaux réalisés pour le seul mois de novembre 2007.

© James Nichols/MSF
Salle de chirurgie pour les femmes, hôpital de Point Pedro. On estime à 45 000 le nombre de personnes ayant quitté la région suite à la reprise des affrontements. Des milliers d'autres habitants sont inscrits sur une liste officielle et attendent une autorisation pour quitter la péninsule.  

1 / 9

Au Sri Lanka, MSF intervient dans la péninsule de Jaffna, à l'hôpital de Point Pedro, qui se situe à moins de 20 kms de la ligne de front. Cette région, qui compte près de 450 000 personnes, est isolée du reste de l'île par une zone où se déroulent des affrontements opposant les forces armées gouvernementales (SLA) et les rebelles des Tigres Tamouls (LTTE). L'année 2006 a été marquée par une recrudescence du conflit entre les deux parties. Depuis le mois de décembre de la même année, nos équipes interviennent à l'hôpital de Point Pedro pour apporter des soins médicaux, chirurgicaux et de gynécologie/obstétrique aux populations isolées par le conflit.

© James Nichols/MSF
L'hôpital de Point Pedro dessert potentiellement une population de 113 000 personnes. MSF est la seule organisation non gouvernementale internationale présente à Point Pedro.

© James Nichols/MSF
Depuis le mois d'août 2006, la seule route menant à la péninsule de Jaffna est coupée à cause du conflit en cours. Les conditions de vie des populations sont celles d'une zone militarisée et en guerre : pénurie de produits, de biens, de matériels de première nécessité, couvre-feu, convois militaires. Les habitants de la péninsule sont toujours en proie aux enlèvements, exécutions sommaires, disparitions et attaques armées.

© Frederik Matte / MSF
L'équipe MSF à l'hôpital de Point Pedro est composée de quatre spécialistes : un chirurgien, un médecin urgentiste, un anesthésiste et un gynécologue obstétricien. Leur présence permet de prendre en charge directement certaines pathologies vitales pour les populations isolées.

© James Nichols/MSF
La salle d'urgence de l'hôpital de Point Pedro. Les patients pris en charge dans cette unité sont souvent admis pour de l'asthme aiguë grave, des morsures de serpent, des tentatives de suicides, des infarctus et des accidents cardio-vasculaires.

Un patient en soins intensifs à l'hôpital de Point Pedro, Sri Lanka. Arrivé avec de sérieuses difficultés à respirer, il est pris en charge par le Dr Alvarez et l'anesthésiste, le Dr Sue Lowery. Son état est stabilisé à Point Pedro avant d'être transféré à l'hôpital de Jaffna.

© Kate Janossy / MSF
Grâce à la présence de l'équipe MSF à l'hôpital de Point Pedro, seuls 17% des patients admis en novembre 2007 ont nécessité un transfert à l'hôpital de référence de Jaffna. Ils sont accompagnés par un médecin de l'équipe MSF. Dans cette région, les déplacements de l'ensemble de la population sont difficiles. Il s'agit d'une zone de militarisation intense où l'on compte 1 soldat pour 10 habitants. Les transferts de patients doivent s'effectuer sous autorisations militaires durant le couvre-feu. Mais les équipes parviennent toutefois à référer les malades, même lorsque les convois militaires empruntent les axes routiers.

© James Nichols/MSF
Le chirurgien MSF, Dr Mike Sinclair, en salle d'opération de l'hôpital de Point Pedro. Ici, l'équipe chirurgicale s'apprête à pratiquer une greffe de peau sur un patient présentant une infection au pied. 45% des interventions chirurgicales concernent l'orthopédie et la chirurgie viscérale. Pour les cas plus spécialisés, les patients sont toujours référés sur l'hôpital de Jaffna. On compte près de 203 actes chirurgicaux réalisés pour le seul mois de novembre 2007.

© James Nichols/MSF
Salle de chirurgie pour les femmes, hôpital de Point Pedro. On estime à 45 000 le nombre de personnes ayant quitté la région suite à la reprise des affrontements. Des milliers d'autres habitants sont inscrits sur une liste officielle et attendent une autorisation pour quitter la péninsule.  

1 / 9

À lire aussi