URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Soudan : au Darfour central, des déplacés sans accès à l’aide humanitaire

Vue de l'entrée de l'hôpital universitaire de Zalingei au Darfour central. 2024.
Vue de l'entrée de l'hôpital universitaire de Zalingei au Darfour central. 2024. © Juan Carlos Tomasi/MSF

Après avoir été assiégés par les Forces de soutien rapide (RSF) d'octobre à novembre 2023, les habitants d’Hasahisa, un camp de déplacés établi depuis 2004 autour de  la capitale du Darfour central Zalingei, sont confrontés au manque d’accès à l’aide humanitaire. En avril 2024, les équipes MSF sont parvenues à rouvrir les urgences, la maternité, le centre de nutrition thérapeutique et les services de pédiatrie de l’hôpital universitaire de la ville. 

Selon les Nations unies, les quelque 50 000 habitants du camp d’Hasahisa ont été assiégés par les RSF d'octobre à novembre 2023, avant que la plupart ne parviennent à fuir les bombardements incessants. N’ayant nulle part où aller, ils se sont réfugiés pendant des mois dans des écoles, des banques, des casernes de pompiers et d’autres camps pillés et abandonnés de la ville de Zalingei.

Dans la nuit du 2 novembre, Aissa et sa famille sont montées à bord de charrettes tirées par des ânes et ont fui le camp d'Hasahisa. « Nous avons été pourchassés et forcés de partir, raconte Aissa, 50 ans. Certains hommes ont été tués. D'autres ont été arrêtés. Nos affaires ont été prises et volées. Alors que nous partions, nous avons été arrêtés par des hommes armés et avons dû attendre jusqu'au matin. Ils ont attaché certaines personnes et battu les jeunes garçons. » Depuis plus de six mois, Aissa et sa famille vivent dans la caserne de pompiers ravagée de Zalingei, avec un accès très limité à l’eau, à la nourriture et aux services de bases, indisponibles dans de nombreuses régions. 

Aissa et sa famille, qui ont fui le camp d'Hasahisa. Zalingei. 2024.
 © Juan Carlos Tomasi/MSF
Aissa et sa famille, qui ont fui le camp d'Hasahisa. Zalingei. 2024. © Juan Carlos Tomasi/MSF

En face de la caserne des pompiers, Najwa, 30 ans, et ses trois enfants se sont installés dans la banque pillée de la ville, avec 30 autres personnes du camp d’Hasahisa. « Nous n'avons rien à manger, explique la jeune femme. Nous n’avons jamais reçu d’aide, pas même un pain de savon. La saison des pluies arrive bientôt et nous ne savons pas où aller. » 

Au cœur de la ville, l’université de Zalingei est aujourd’hui dévastée. Plus d'un millier de personnes y vivent, que ce soit dans les salles de classe ou dans les bureaux de l'administration. Ces déplacés qui étaient pour la plupart agriculteurs n’ont plus accès aux champs et ne peuvent plus gagner leur vie.  

Vue d'une salle d'hospitalisation de l'hôpital universitaire de Zalingei. Soudan. 2024.
 © MSF/Juan Carlos Tomasi
Vue d'une salle d'hospitalisation de l'hôpital universitaire de Zalingei. Soudan. 2024. © MSF/Juan Carlos Tomasi

Un peu plus loin dans le centre-ville, Khadija attend que sa fille Malaka sorte de l'hôpital universitaire. C’est l’une des premières patientes accueillies par les équipes MSF, qui viennent de réhabiliter la salle d’urgence. « J'ai voyagé pendant plus d'une heure pour faire soigner mon enfant, qui souffre du paludisme, explique-t-elle. C’est la première fois que nous avons de nouveau accès à des soins gratuits depuis que nous avons quitté le camp d’Hasahisa. » 

Comme de nombreuses structures de santé, l’hôpital universitaire de Zalingei a été pillé à plusieurs reprises au cours du conflit. L'an dernier, une patiente est décédée lors d’une attaque : « J'amenais une patiente en salle d'opération mais le médecin qui devait l’opérer a reçu une balle dans le cou, se souvient Assma, infirmière. La patiente est décédée dans le couloir. »  

Bien que le Soudan connaisse l’une des pires crises de déplacement de populations au monde, de nombreuses organisations humanitaires ne sont pas revenues depuis leur départ au début de la guerre, en avril 2023.  

« La guerre a complètement perturbé l'accès aux soins dans le pays, explique Victor García Leonor, coordinateur d'urgence de MSF. Les prix des médicaments et des denrées alimentaires ont grimpé, et la plupart des établissements de santé ne fonctionnent plus correctement. » 

En avril, à l’hôpital de Zalingei, MSF a assuré plus de 900 consultations d'urgence, a admis environ 400 enfants, sécurisé près de 100 accouchements et a traité plus de 50 enfants souffrant de malnutrition.  

À lire aussi