Soyez là où votre don sauve des vies

Sommet sur la sécurité alimentaire : un rendez-vous manqué qui néglige une fois de plus la malnutrition infantile

Dépistage de la malnutrition infantile. District de Yako (Burkina Faso). Mai 2009.
Dépistage de la malnutrition infantile. District de Yako (Burkina Faso). Mai 2009. © Kazuma Momoi

Au Sommet de Rome, aucune action concrète n'a été décidée pour combattre efficacement la malnutrition infantile. MSF rappelle le besoin urgent d'une aide alimentaire mieux adaptée aux exigences nutritionnelles des jeunes enfants.

Le Sommet international sur la sécurité alimentaire de Rome s'est clôt aujourd'hui sans aucun engagement concret et sans que des fonds soient définis pour combattre la malnutrition infantile.

Les chefs d'états du G8 n'ont pas fait le déplacement pour ce Sommet. Pourtant, en juillet dernier, 20 milliards de dollars avaient été promis au Sommet de l'Aquila pour soutenir la sécurité alimentaire.

Ce Sommet est un rendez-vous manqué car il néglige ceux qui en ont le plus besoin, les enfants de moins de 5 ans, les plus vulnérables face à la malnutrition.

En 2008, Médecins Sans Frontières a traité plus de 300 000 enfants atteints de malnutrition dans le monde entier. Les équipes de MSF sont les témoins des conséquences d'une aide internationale inefficace, alors qu'un consensus scientifique existe sur la façon d'éviter la malnutrition infantile.

Un rapport publié par MSF la semaine dernière a révélé que sur les milliards de dollars alloués par les pays de l'OCDE à l'aide alimentaire internationale et à la sécurité alimentaire, seulement 1,7 % ciblent efficacement la malnutrition infantile. Une partie des fonds existants doit être réaffectée afin que l'aide vienne combattre efficacement la malnutrition.

En effet, il est urgent de mettre en place un plus grand nombre de programmes qui répondent aux besoins nutritionnels des jeunes enfants. Aujourd'hui, l'aide alimentaire financée par les donateurs internationaux comme les pays de l'OCDE ne contient pas les nutriments nécessaires à une bonne croissance et un développement normal du jeune enfant.

 

À lire aussi