Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Somalie - Regain de violence

MSF a pris en charge 3 700 personnes blessées depuis début 2008 à l'hôpital de Daynille banlieue de Mogadiscio. Plus de la moitié sont des femmes et des enfants.
MSF a pris en charge 3 700 personnes blessées depuis début 2008 à l'hôpital de Daynille, banlieue de Mogadiscio. Plus de la moitié sont des femmes et des enfants. © Jehad Nga

Le nombre de blessés a augmenté suite à la récente recrudescence des
combats autour de Mogadiscio. Des
milliers de personnes ont fui la zone. MSF soigne les blessés et
fournit des biens de première nécessité aux personnes récemment
déplacées.

Suite à la recrudescence des combats dans l'une des zones les plus peuplées de Mogadiscio, MSF a soigné plus de 100 blessés à l'hôpital de Daynille, situé dans la banlieue de la capitale, les deux dernières semaines de septembre.

Les blessés présentent des blessures à la tête, au ventre et à la poitrine par des éclats de mortiers ou des balles, nécessitant des opérations urgentes. Nombre d'entre eux sont des femmes et des enfants de moins de 16 ans.

Depuis mercredi dernier, 9 000 personnes supplémentaires sont arrivées  sur la route de Mogadiscio à Afgooye, où plus de 250 000 personnes déplacées vivent déjà dans des conditions terribles.

Des équipes tentent de leur apporter des biens de première nécessité comme du savon, des bâches en plastique et des couvertures.

Ces populations sont entièrement dépendantes de l'aide alimentaire externe pour leur survie, mais cette aide n'est distribuée que de manière irrégulière et hasardeuse. Les familles qui fuient la violence à Mogadiscio se retrouvent sans nourriture, abri ou soins médicaux.



« La situation est désastreuse » décrit Kenneth Lavelle, chef de mission MSF basé à Nairobi, en contact quotidien avec les équipes sur le terrain.

MSF a été en mesure d'intervenir grâce à nos collègues somaliens, qui prennent de très grands risques pour donner une aide immédiate.
Kenneth Lavelle, chef de mission
« En raison de l'arrivée continue de personnes fuyant Mogadiscio, les camps sont saturés et des conditions déjà effroyables se détériorent encore.

Des familles de cinq personnes n'ont que quelques mètres carrés pour s'installer, sans abri. MSF a été en mesure d'intervenir grâce à nos collègues somaliens, qui prennent de très grands risques pour donner une aide immédiate. En raison de la situation sécuritaire, nous sommes dans l'incapacité de fournir plus qu'une une aide immédiate destinée avant tout à sauver les vies. Notre action est tout à fait insuffisante compte-tenu de la gravité de la situation. »


MSF travaille dans les centres de santé d'Afgooye et d'Hawa Abdi depuis 2007. Plus de 1 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sont pris en charge chaque mois, depuis avril 2008.
Au cours de cette période, 32 982 consultations médicales ont été réalisées.

Dans la banlieue de Mogadiscio, le personnel de MSF à l'hôpital de Daynille a pris en charge 3 700 personnes blessées depuis le début 2008. Plus de la moitié d'entre elles sont des femmes et des enfants de moins de 16 ans et la moitié des patients a été soignée pour des blessures résultant des combats.

Voir notre dossier de presse - Somalie : la population prisonnière des violences a besoin d'une aide d'urgence

À lire aussi