Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Somalie - Des dizaines de milliers de personnes ont fui les combats à Mogadiscio

Ces dernières semaines, des dizaines de milliers de personnes ont fui les violences qui secouent à nouveau la capitale somalienne. Médecins Sans Frontières tente d'apporter des secours mais l'assistance est drastiquement limitée par l'insécurité.


Le regain de violence dans la capitale a jeté sur les routes des colonnes entières de personnes tentant de rejoindre le Lower Shabelle, Hiiraan, Galguduud et Bay, des régions considérées plus sûres mais dans lesquels, à l'instar du reste du pays, les conditions sanitaires se sont dégradées. Des centaines de cas de diarrhées aqueuses ont déjà été rapportés. Les structures sanitaires adaptées manquent dans tout le pays et les zones où les déplacés se sont rassemblés manquent d'eau et de latrines. Plus généralement, une partie des déplacés n'ont pas d'abris et l'accès aux soins de santé primaire est très limité. Par ailleurs, la hausse des prix des denrées de base fait craindre une détérioration de la situation nutritionnelle d'une population qui a fui avec très peu de réserves alimentaires.

A Afgooye, une ville du Lower Shabelle qui abrite un ancien campus universitaire, on estime à 50.000 le nombre de personnes déplacées. D'autres se sont abritées dans les bâtiments de l'Université Lafolle, à 10 kilomètres d'Afgooye. D'autres encore, les plus vulnérables, sont établis sous les arbres le long des routes ou sous des abris de fortune. Les signes de détérioration de la situation sanitaire sont apparus : plus de 401 cas de diarrhée aqueuse ont déjà été reportés. On dénombre à ce jour 13 décès. « Si la situation actuelle devait se prolonger, nous pourrions être confrontés très rapidement à une crise de grande ampleur », craint Hugues Robert, un des responsables des urgences de MSF.

Une équipe MSF composée de personnel somalien expérimenté a réussi à atteindre la zone le 17 avril et a pu fournir des médicaments aux structures de santé et du matériel de première nécessité à plus de 2.500 familles. MSF est aussi impliquée, avec d'autres organisations, dans l'approvisionnement en eau des personnes déplacées à Afgooye. Mais les 48.000 litres d'eau potable fournis quotidiennement ne suffisent pas à couvrir les besoins, alors que, depuis ces dernières semaines, 800 à 1.000 nouveaux déplacés arrivent chaque jour. Un nombre important de ces déplacés vivaient à Mogadiscio dans des conditions déjà très précaires.

L'assistance est rendue très difficile par l'insécurité générale et demeure largement insuffisante. Le 20 avril 2007, une roquette a atterri sur un bâtiment du centre de santé MSF de Yaqshid, dans la région du Middle Shabelle.

En tant qu'organisation médicale d'urgence, indépendante et impartiale, MSF demande à toutes les parties aux conflits de faciliter l'accès et les secours aux populations dans le besoin et de respecter les travailleurs humanitaires et les structures médicales.

MSF est présente en Somalie depuis 1991. L'organisation mène des projets médicaux réguliers dans les régions de Bay, Galguddud, Hiiraan, Lower Shabelle, Middle Shabelle et Bakool. Depuis la reprise des combats après l'intervention militaire de l'armée éthiopienne, MSF pourvoit aux besoins des populations déplacées dans et autour de Mogadiscio.

À lire aussi