Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Soins aux migrants : le siège de MSF réquisitionné

Dans le square Villemin du 10ème arrondissement de Paris ils sont 200 à 300 réfugiés afghans à vivre dans des conditions sanitaires déplorables favorisant  la propagation de maladies. Pour tenter d'endiguer une épidémie de gale qui affecte une pa
<p>Dans le square Villemin du 10ème arrondissement de Paris, ils sont 200 à 300 réfugiés afghans à vivre dans des conditions sanitaires déplorables favorisant  la propagation de maladies. Pour tenter d'endiguer une épidémie de gale qui affecte une partie de cette population, MSF a organisé dans ses locaux deux journées de soins à destination de ces migrants.</p>

Dans le square Villemin du 10ème arrondissement de Paris, ils sont 200 à 300 réfugiés afghans à vivre dans des conditions sanitaires déplorables favorisant  la propagation de maladies. Pour tenter d'endiguer une épidémie de gale qui affecte une partie de cette population, MSF a organisé dans ses locaux deux journées de soins à destination de ces migrants.

Les 4 et 5 juillet, ils sont réunis de bonne heure à l'entrée du square autour des bénévoles, pour être conduits au siège de MSF afin d'être traités contre la gale et de bénéficier d'une consultation médicale.

Toutes les vingt minutes, des navettes MSF transportent des groupes de six personnes vers la Place de la Bastille où se trouve le siège de l'organisation. Chacun reçoit un carton de couleur indiquant le moment du départ.

A leur arrivée, les réfugiés sont accueillis par des bénévoles qui leur expliquent le déroulement de l'opération.

Médecins, infirmiers, bénévoles et interprètes, tous sont mobilisés afin de mener au mieux l'opération qui nécessite une organisation rigoureuse.

Le siège de MSF a été réaménagé pour l'occasion. Des douches ont été installées dans la cour, des salles de réunion changées en salles d'attente, l'accueil en vestiaire.

Les douches représentent une étape essentielle dans le traitement contre la gale. De même que le traitement des vêtements et des chaussures. Des bénévoles pulvérisent les vêtements sales avec un produit anti-parasitaire avant de les enfermer dans un sac.

Les vêtements, une fois imprégnés de produit anti-parasitaire devront rester enfermés dans un sac et ne pas être lavés avant 48 heures.

A la sortie de la douche, les patients reçoivent des vêtements propres ainsi qu'un kit d'hygiène. Le lendemain, ils se rendront aux bains douches accompagnés de bénévoles afin de retirer le produit dont ils ont été enduits.

Les consultations médicales sont menées en présence de traducteurs. L'opération de ce week-end a permis de prendre en charge 310 personnes dont un quart étaient des mineurs.

1 / 10

Dans le square Villemin du 10ème arrondissement de Paris, ils sont 200 à 300 réfugiés afghans à vivre dans des conditions sanitaires déplorables favorisant  la propagation de maladies. Pour tenter d'endiguer une épidémie de gale qui affecte une partie de cette population, MSF a organisé dans ses locaux deux journées de soins à destination de ces migrants.

Les 4 et 5 juillet, ils sont réunis de bonne heure à l'entrée du square autour des bénévoles, pour être conduits au siège de MSF afin d'être traités contre la gale et de bénéficier d'une consultation médicale.

Toutes les vingt minutes, des navettes MSF transportent des groupes de six personnes vers la Place de la Bastille où se trouve le siège de l'organisation. Chacun reçoit un carton de couleur indiquant le moment du départ.

A leur arrivée, les réfugiés sont accueillis par des bénévoles qui leur expliquent le déroulement de l'opération.

Médecins, infirmiers, bénévoles et interprètes, tous sont mobilisés afin de mener au mieux l'opération qui nécessite une organisation rigoureuse.

Le siège de MSF a été réaménagé pour l'occasion. Des douches ont été installées dans la cour, des salles de réunion changées en salles d'attente, l'accueil en vestiaire.

Les douches représentent une étape essentielle dans le traitement contre la gale. De même que le traitement des vêtements et des chaussures. Des bénévoles pulvérisent les vêtements sales avec un produit anti-parasitaire avant de les enfermer dans un sac.

Les vêtements, une fois imprégnés de produit anti-parasitaire devront rester enfermés dans un sac et ne pas être lavés avant 48 heures.

A la sortie de la douche, les patients reçoivent des vêtements propres ainsi qu'un kit d'hygiène. Le lendemain, ils se rendront aux bains douches accompagnés de bénévoles afin de retirer le produit dont ils ont été enduits.

Les consultations médicales sont menées en présence de traducteurs. L'opération de ce week-end a permis de prendre en charge 310 personnes dont un quart étaient des mineurs.

1 / 10

À lire aussi