Soigner la rougeole dans une province reculée de la RDC

Acheminement de matériel médical et logistique
Acheminement de matériel médical et logistique ©Laëtitia Legrand

L'épidémie de rougeole qui sévit en République démocratique du Congo depuis plus de six mois a gagné en mars la province reculée du Maniema, à l'Est du pays. Malgré les défis logistiques, les équipes de Médecins Sans Frontières organisent une réponse d'urgence afin de prendre en charge les patients nécessitant des soins.

S'organiser et soigner dans l'urgence

Depuis fin mars, les équipes MSF ont mis en place, en collaboration avec le ministère de la Santé, huit sites de traitement ambulatoire pour les patients présentant des cas simples de rougeole et trois centres de prise en charge pour les cas compliqués dans les aires de santé de Kibombo et Samba, les plus touchées de la province du Maniema. Une équipe assure également un appui au centre de santé de référence de Tchuki, dans la zone de santé de Kabambare, à l'Est de la province.

« Nous avons dû informer la population de notre présence avec l'aide des relais communautaire et du personnel soignant car les malades consultaient peu dans les structures de santé », affirme le Dr Bobo Makoso, coordinateur médical MSF dans le Maniema. « La sensibilisation a bien fonctionné. A Likeri par exemple, les structures sont passées d'une trentaine à plus de 100 consultations par jour. »

Sur l'ensemble des sites concernés, MSF a pris en charge plus de 1 600 patients depuis le début des activités. Près de 250 d'entre eux nécessitaient une hospitalisation.

Surmonter le défi logistique pour accéder aux populations

« Le Maniema est un challenge logistique », affirme Roudy Jeantal, logisticien MSF. La vétusté des infrastructures rend l'accès aux sites difficile et décourage bon nombre d'acteurs de conduire des programmes dans cette partie du pays. MSF fait partie des quelques acteurs présents aujourd'hui dans la province.

Pirogues, motos, voitures, tout un arsenal logistique est actuellement déployé par les équipes afin d'accéder aux populations les plus reculées et acheminer le matériel médical. « Il faut être préparé à toute éventualité. Les routes sont souvent impraticables, les voitures s'embourbent notamment lorsque la pluie s'en mèle, les ponts sont détruits. Il faut toujours être créatif. »

Lorsque tous les patients ne peuvent avoir accès au centre de santé, faute de moyen de transport ou de temps, des sites de traitement ambulatoire sont mis en place et un personnel médical est détaché localement pour permettre d'avoir une plus grande couverture. « Notre mobilité a permis de réduire le taux de mortalité sur les zones où nous intervenons », explique Dr Bobo Makoso.

Appuyer la campagne de vaccination nationale

Le seul moyen d'endiguer l'épidémie reste la vaccination de masse mais la réponse nationale peine à s'organiser. Les équipes MSF se tiennent prêtes à appuyer le ministère de la Santé en fournissant un support logistique, en assurant le transport des vaccins et le respect de la chaîne du froid dans les zones de santé de Kibombo, Samba et Tunda.

« Soigner est primordial mais vacciner est impératif pour prévenir la propagation des cas. L'organisation de la campagne de vaccination est en cours, mais en attendant de prévenir il faut continuer à guérir, et c'est ce que nous faisons actuellement », conclut le Dr Bobo.

MSF intervient également au Katanga, au Sud-Kivu et au Kasaï Oriental en apportant une réponse globale d'urgence contre la rougeole. Dans ces trois provinces, les équipes MSF ont déjà vacciné plus de 2,4 millions de personnes.

 

  Voir des photos de la prise en charge sur notre page Facebook

 

Dossier rougeole

Consulter le dossier rassemblant tous nos articles, vidéos, diaporamas... sur notre prise en charge des épidémies de rougeole.

À lire aussi