URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Sida - Témoignage de Samuel, père d'une patiente

Samuel pasteur est le papa d'une petite fille âgée de huit ans et atteinte du sida.
Samuel, pasteur, est le papa d'une petite fille âgée de huit ans et atteinte du sida. © MSF

Papa d'une petite fille de 8 ans atteinte du sida, Samuel est pasteur. Il vit avec ses deux filles âgées de 10 ans et 8 ans dans le bidonville de Matharé, en périphérie de Nairobi, la capitale du Kenya. Sa femme, atteinte du sida, est décédée. Sa seconde fille est elle aussi malade et se fait soigner par les équipes de Médecins Sans Frontières à la clinique Blue House.
 
 
 

Papa d'une petite fille de 8 ans atteinte du sida, Samuel est pasteur. Il vit avec ses deux filles âgées de 10 ans et 8 ans dans le bidonville de Matharé, en périphérie de Nairobi, la capitale du Kenya. Sa femme, atteinte du sida, est décédée. Sa seconde fille est elle aussi malade et se fait soigner par les équipes de Médecins Sans Frontières à la clinique Blue House.

 

 

 

La Blue House est une clinique située à Mathare, l'un des plus importants bidonvilles de Nairobi, la capitale du Kenya. Dans cette clinique, MSF offre des soins gratuits et de qualité pour les personnes atteintes du Sida et notamment les enfants. Ils sont père, mère, soignants à témoigner ici des difficultés mais aussi des avancées rencontrés dans les soins apportés aux enfants atteints de cette maladie.

« Mathare est un endroit pour les pauvres, il n'y a rien, c'est un bidonville. Ca fait 12 ans que je vis ici. Mes deux filles sont nées ici. Ma femme est morte il y a 5 ans, elle était positive. Moi, je suis négatif.

Après la mort de ma femme, je me suis rendu compte que ma fille avait un problème. Je l'ai amenée à l'hôpital, on a découvert qu'elle était positive. On m'a conseillé de venir ici pour qu'on puisse lui donner un traitement, les ARV.

A l'époque, elle avait 4 ans et ne pesait que 7 kg. Quand elle a commencé à être traitée, on lui donnait des sirops mais ils étaient très difficiles à donner. Ils ont mauvais goût. Chaque jour, il fallait prévoir du temps pour lui donner.

Comme on a pas d'endroit pour le garder au frais, moi je le donnais comme ça à ma fille. Après quelques mois, ils ont changé et lui ont donné des médicaments. Un comprimé et demi le matin et un le soir. Elle les prend avec de l'eau et c'est tout.

Elle n'a aucun effets secondaires. Son état de santé s'est nettement amélioré. Maintenant, elle a 8 ans et elle pèse 18 kg. Quand je la vois, que je vois qu'elle va bien, qu'elle va à l'école, je suis fière de ma fille.»


Retour à l'article principal

 

À lire aussi