République démocratique du Congo (RDC) : La visite du "suluby"

Pau Miranda/MSF
Pau Miranda/MSF ©Pau Miranda/MSF

"À la fin du mois de septembre, le "suluby", que nous connaissons mieux sous le nom de rougeole, est arrivé à Karango - un village de la région de Minova, au sommet des montagnes qui entourent le lac Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Profitant de la faible couverture de vaccination dans cette zone du pays, le suluby s'est installé et a touché, évidemment, les plus vulnérables. Au début du mois d’octobre, cette maladie a fauché la vie de quatre enfants du village. Ils avaient tous moins de cinq ans...". Ana de la Osada, référent médical MSF pour cette campagne de vaccination témoigne.

"Nous étions quelques membres de l’équipe d’urgence MSF dans la province du Sud-Kivu à nous déplacer dans cette zone pour répondre à l’épidémie qui avait commencé  à s’étendre sur le littoral de Minova. Car le suluby ne s’était pas arrêté à Karango et avait déjà fait son apparition dans d’autres villages des environs, comme Ruhunde et Nyamasasa.

Notre objectif était clair : il fallait y faire face. La mise en œuvre d’une vaccination de masse était nécessaire mais il fallait, en même temps, s’assurer que la population touchée par l’épidémie aurait un accès gratuit aux centres de santé et à l’hôpital, afin de prévenir et de traiter les complications que peut provoquer la rougeole. Des médicaments ont été donnés, les équipes des centres sanitaires ont été soutenues et un système de référence des cas graves vers l’hôpital a été mis en place.

La différence entre la vie ou la mort pour un enfant qui souffre de la rougeole peut simplement se jouer sur le fait que sa mère a - ou pas - l’argent nécessaire pour payer la consultation et le traitement médical. Dans la majorité des centres sanitaires de cette zone, l’accès à la santé n’est pas gratuit et n’est malheureusement pas à la portée de tous.

Le premier jour, lorsque nous sommes arrivés à Karango, nous nous sommes rendus au centre de santé pour parler avec l’équipe. C’était samedi, jour de consultation prénatale, et nous en avons profité pour parler avec les mamans qui attendaient leur tour. Lorsque nous leur avons expliqué  qu’une campagne de vaccination de masse allait être organisée et que le traitement serait gratuit, elles ont applaudi. Une mère nous a raconté qu’elle avait perdu deux de ses trois enfants, les plus petits. Le manque de moyens ne lui a pas permis de les emmener au centre de santé et ils sont morts à la maison, sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit pour les sauver. Le suluby n’a pas pitié de ceux qui n’ont pas de ressources.

Fin octobre, nous avons commencé à parcourir tout le littoral du lac, dans la zone de Minova, pour assurer le traitement gratuit et encourager la communauté à participer à la campagne de vaccination qui s’adresse à tous les enfants âgés de 6 mois à 15 ans. La campagne a été mise en œuvre le 1er décembre et son objectif était d’immuniser environ 75 000 enfantsen un peu plus de deux semaines. Une bonne couverture vaccinale est la meilleure arme contre la propagation de la rougeole. C’est précisément ce que nous devions obtenir.

Au cours du premier matin, pendant que nous montions ver Karango, je pensais à toutes ces mères avec lesquelles nous avions parlé et à tous les enfants de ce village qui avaient reçu la visite du suluby, avec plus ou moins de chance. Durant les trois premiers jours nous avons vacciné toute la zone de Karango : un total de 5 200 enfants. Maintenir l’ordre dans les points de vaccination n’a pas du tout été facile, mais les mamans savaient très bien ce qu’elles voulaient et elles ont attendu plusieurs heures debout, pour certaines depuis 6 heures du matin, impatientes de faire protéger leur enfant.

Alors que j’écris cette histoire, nous avons réalisé la première moitié de la campagne. 66 250 enfants ont été vaccinés et il nous reste encore plusieurs jours de travail intense. La fatigue se fait sentir, mais nous sommes toujours là. Nous calculons qu’à la fin de la campagne nous aurons très largement atteint notre objectif, nous aurons vacciné environ 100 000 enfants.

Le suluby commence à se sentir mal à l’aise dans la zone du littoral de Minova".

Au cours des premières semaines de décembre, une équipe MSF a réalisé une campagne de vaccination contre la rougeole dans la zone de Minova (province du Sud-Kivu, dans l’est de la République Démocratique du Congo) au cours de laquelle 90 887 enfants et jeunes adolescents, âgés de 6 mois à 15 ans ont été vaccinés, environ 20 % de plus de ce qui avait été prévu au départ.

En l’absence de traitement, la rougeole peut être mortelle chez les enfants, mais elle est très facile à éviter grâce à la vaccination. Depuis plusieurs décennies, le pays est touché par des épidémies de rougeole avec une résurgence majeure de la maladie depuis 2010. Une étude réalisée par Epicentre, centre de recherche épidémiologique de MSF, indique qu'entre 2010 et 2013, près de 300 000 cas ont été enregistrés dans le pays et que plus de 5 000 patients (1,7 %) en sont morts. Selon ce rapport, le nombre de cas a diminué de plus de 20 % suite aux premières campagnes de vaccination.

À lire aussi