URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

République démocratique du Congo : quatre MSF détenus depuis un an

Depuis un an, nous sommes sans nouvelles de quatre de nos collègues congolais enlevés par un groupe armé en République démocratique du Congo. Dès l’annonce de leur enlèvement, nous avons mis en place un dispositif de recherche basé à Goma. Aujourd’hui, nous continuons sans relâche de multiplier les démarches afin de retrouver Chantal, Philippe, Richard et Romy.

Chantal, Philippe, Richard et Romy travaillent avec Médecins sans frontières. Ils ont été enlevés le 11 juillet 2013 à Kamango, au cours d’une mission d’évaluation des structures de santé. Leur nom s’ajoute à la longue liste de personnes disparues dans la province du Nord Kivu et dont on est aujourd’hui sans nouvelles.

En RDC, en Ouganda et dans d’autres pays, nous continuons sans relâche d’essayer d’entrer en contact avec eux ou avec ceux qui pourraient faciliter leur libération. En vain. Comme tous ceux qui sont à la recherche de leurs proches, nous nous heurtons au silence ou ne réussissons pas à obtenir d’informations nous permettant de progresser de manière décisive dans nos recherches.

Un an  après, nombreux sont pourtant ceux qui s’associent à nos efforts pour les retrouver, et dont les encouragements à persévérer, les promesses de résolution imminente et les déclarations ou témoignages indiquant que nos collègues sont en vie renforcent l’espoir de les voir au plus tôt retrouver leur famille.

A ceux qui retiennent nos collègues, nous demandons de les libérer au plus vite et d’apaiser ainsi la douleur de leurs proches, comme celle de tous ceux qui sont à la recherche d’un parent, d’un ami.

A Chantal, Philippe, Richard, Romy et à tous ceux qui sont aujourd’hui retenus en otage, nous voulons dire ici que nous ne les oublions pas.

À lire aussi