Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

République centrafricaine : la valise et le cercueil

Epicentre a mené une enquête auprès des centrafricains réfugiés à Sido, au Tchad. 8% des membres des familles interrogées, soit 2599 personnes, sont mortes en République centrafricaine, ou lors de leur exode.

En quelques mois, la moitié ouest de la RCA s'est vidée de la majorité de ses habitants musulmans. Leur seul espoir de survie était de se rendre dans des enclaves, partir vers l'est du pays, ou se réfugier de l’autre côté de la frontière.

Epicentre, le centre de recherche épidémiologique de MSF, a interrogé ceux qui sont arrivés à Sido, au Tchad. Les résultats de cette enquête montrent que ces personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont été exposées avant leur départ à un niveau de violence extrême, qui a entraîné la mort de 2200 personnes, séparé les familles et précipité leur exode. La fuite s'est fait de manière chaotique et désorganisée, dans des camions surchargés et régulièrement attaqués. L'enquête a également montré que 322 personnes sont mortes lors de leur fuite vers le Tchad.

En mai dernier, le Tchad a décidé de fermer sa frontière avec la RCA, et plus aucun camion ne fait désormais route vers le Cameroun. Les réfugiés qui parviennent à franchir la frontière le font après des semaines de marche. Ils sont épuisés, malnutris... Et l'assistance qu'ils reçoivent sur place est loin d'être adaptée à l'ampleur des besoins.

Communiqué de presse sur les Réfugiés centrafricains au Tchad et au Cameroun

À lire aussi