Réaffectation des dons pour l'Asie du Sud : clarification

Indonésie Janvier 2005
Indonésie Janvier 2005 ©Christian Aslund

Après la publication d'un article, aujourd'hui dans le Sydney Herald Tribune (Australie) et les fausses interprétations qui en ont découlé, nous tenons à clarifier la situation concernant les dons reçus en faveur des victimes du tsunami et la procédure que nous avons engagée vis-à-vis de nos donateurs.

105 millions d'euros ont été collectés par les 19 sections de l'association à travers le monde. Fin mars, 16 millions ont été dépensés pour les opérations dans la région. Le total des dépenses devrait atteindre plus de 22 millions d'euros pour 2005.

Notre volonté est de réorienter les dons que nous n'aurons pas la capacité de dépenser en Asie du sud-est vers des crises oubliées comme celles qui sévissent en République démocratique du Congo, au Darfour, au Niger ou que subissent les malades du sida dans les pays pauvres. Ces opérations, parmi d'autres, nécessitent la mobilisation d'importantes ressources et bénéficient d'une moindre attention de la part du public. Jusqu'à maintenant, les donateurs contactés ont majoritairement accepté que leurs dons soient utilisés sur ces programmes de secours : à ce jour, moins de 1% (920 000 euros) du montant collecté a dû être remboursé. En ce qui concerne la France, 60 euros (deux dons de 30 euros) ont été remboursés, sur un total de 9,1 millions d'euros collectés.

Dès janvier, nous avons informé nos donateurs, à travers différents supports (web, courrier, presse, etc.), de notre volonté de réaffecter une partie des dons pour les victimes du tsunami vers d'autres crises. Ceux qui refusent et qui en manifestent le souhait sont remboursés. Dans les faits, ils représentent un infime pourcentage.

Notre volonté est donc bien de demander à nos donateurs de réaffecter leur don et non de les rembourser.

À lire aussi