RD Congo : Intervention d’urgence contre le choléra à Bukavu, la capitale du Sud-Kivu

Parmi les 690 patients traités par MSF près d'un quart sont des enfants de moins de cinq ans.
Parmi les 690 patients traités par MSF, près d'un quart sont des enfants de moins de cinq ans. ©Tristan Pfund/MSF

Médecins Sans Frontières (MSF) est intervenue en urgence dans le centre de traitement du choléra (CTC) de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo. Entre le 2 décembre 2013 et le 27 janvier 2014, l’équipe a pris en charge 690 personnes.

L'intervention d'urgence, menée en collaboration avec le personnel du ministère congolais de la Santé, s’est déclinée sur plusieurs volets : expansion de la capacité du centre de traitement du choléra (CTC), renforcement du diagnostic et du traitement des patients, disponibilité du matériel nécessaire pour contenir la maladie et augmentation des activités de sensibilisation dans la communauté pour arrêter la transmission. Au cours des six dernières semaines, 690 personnes, dont 156 enfants de moins de 5 ans, ont reçu un traitement.

Le 1er décembre, le centre de traitement du choléra (CTC) de l’hôpital général de la province du Sud-Kivu à Bukavu recevait 30 personnes et déplorait un décès. Alerté par l’hôpital dès le lendemain, l’équipe d’urgence de MSF au Sud-Kivu est immédiatement intervenue. 90 pour cent des cas provenaient du quartier Camp Mweze où la communauté avait déjà signalé quatre autres décès, éventuellement causés par le choléra, provenant d'une source d'eau contaminée.

Le choléra provoque des vomissements, des diarrhées et une déshydratation parfois sévère. Le traitement est très efficace et relativement simple : réhydrater et hospitaliser le patient entre six heures et quatre jours, selon la gravité du cas. Cependant, si la maladie n'est pas traitée à temps, le taux de mortalité est très élevé. Afin de limiter la propagation de la maladie, l’isolation du patient est l’élément clé des interventions de lutte contre le choléra.

Une zone endémique et des facteurs favorisant la propagation

«  Le Sud-Kivu est une région où le choléra est endémique. Mais Bukavu, une ville d'un million d'habitants sur les rives du lac Kivu, regroupe de nombreux facteurs favorisant la propagation de la maladie. Une grande partie de la population n'a pas accès à une eau de qualité en raison de la vétusté des infrastructures. La saison des pluies, propice à la prolifération des cas, dure neuf mois et les habitudes d'hygiène de la population ne sont pas adéquates. La dernière épidémie de choléra à Bukavu remonte à 2011, explique Juan Matías, coordinateur des équipes d'urgence de MSF en RDC. C'est pourquoi il est très important de travailler avec la communauté pour contenir et prévenir de nouvelles épidémies. »

La réponse d’urgence a pris fin lundi 27 janvier, alors que le niveau endémique était revenu à la normale depuis trois semaines. C'est la sixième intervention menée par l'équipe d'urgence de MSF au Sud-Kivu, le RUSK (Réponse d'Urgence Sud -Kivu) en 2013.

À lire aussi