Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Pakistan - Deux employés MSF tués à Swat

District de Swat juillet 2007. Clinique mobile de MSF.
District de Swat, juillet 2007. Clinique mobile de MSF. © MSF

Deux membres du personnel médical de Médecins Sans Frontières (MSF) ont été tués alors que se déroulaient des combats dans le district de Swat, dans le nord-est du Pakistan, le 1er février 2009.

Deux membres du personnel médical de Médecins Sans Frontières (MSF) ont été tués alors que se déroulaient des combats dans le district de Swat, dans le nord-est du Pakistan, le 1er février 2009.

Riaz Ahmad, 24 ans, et Nasar Ali, 27 ans, avaient quitté Mingfora, principale ville de la vallée de Swat, dans deux ambulances afin de récupérer des personnes blessées au cours de combats près de Charbagh pour les transporter à l'hôpital.

A Charbagh, vers 15 heures, leurs ambulances, clairement identifiées, se sont trouvé sous les feux de combats. Nos deux collègues ont été tués sur le coup. Un troisième a été blessé à la jambe et les chauffeurs en sont sortis indemnes.

« Nous sommes profondément choqués et attristés par la mort de nos deux collègues », a déclaré Fasil Tezera, chef de mission MSF au Pakistan.

« Quel que soit le terrain de conflit, y compris à Swat, il est absolument impératif que toutes les parties au conflit respectent pleinement l'aide médicale humanitaire, le personnel médical et les infrastructures de santé. »

La mort de ces deux travailleurs médicaux survient alors que de violents combats ont fait, le même jour, à Swat, des dizaines de victimes parmi les civils.

 

« Nasar et Riaz ont été tués un jour où ils avaient décidé de venir travailler alors qu'ils étaient de repos, parce qu'ils avaient entendu qu'un grand nombre de personnes blessées avaient besoin d'une aide médicale d'urgence. Ils se sont porté volontaires, poussés par leur volonté de venir en aide aux autres.

Nous les regretterons profondément - leur dévouement à apporter une aide médicale à ceux qui en ont un besoin crucial, dans des conditions extrêmement difficiles et dangereuses, a inspiré le respect à beaucoup d'entre nous à MSF et au-delà. Nous partageons la profonde douleur de leurs familles et amis et actuellement, notre priorité est de leur apporter notre soutien autant que nous le pourrons. »

D'intenses combats continuent de faire rage aujourd'hui à Swat, prenant au piège toute la population civile

MSF a totalement suspendu ses activités médicales à Swat, y compris les opérations vitales. D'intenses combats continuent de faire rage aujourd'hui à Swat, prenant au piège toute la population civile.

Les violences extrêmes dans la région ont poussé près de 25 000 personnes à fuir. MSF est aujourd'hui dans l'impossibilité de fournir une quelconque assistance.

MSF travaille au Pakistan depuis 1988. Ces dernières années, ses équipes médicales se sont concentrées sur l'assistance aux victimes du conflit armé à la frontière du nord-ouest du pays dont l'intensité ne cesse de croître.

A Swat où MSF utilisait trois ambulance, nos équipes ont pu transporter, au cours du dernier trimestre 2008, plus de 350 personnes vers des hôpitaux de la région pour y recevoir des soins d'urgence. Au cours de la même période, plus de 400 blessés de guerre ont été pris en charge dans les salles d'urgence soutenues par MSF.

 

 


 

 

 

 

Riaz Ahmad, 24 ans. Originaire du village Deolai de Tehsil Kabal dans le district de Swat.
Diplomé en technologie médicale, il a d'abord travaillé comme volontaire pour MSF vant de devenir technicien médical pour l'organisation en septembre 2008. Il a travaillé sans relâche au sein de MSF pour fournir une assistance aux populations victimes du conflit dans le district de Swat. Il a travaillé au sein de MSF cinq mois avant de trouver la mort.



Nasar Ali, 27 ans
. Originaire du village Darokak de Tehsil Charbagh dans le district de Swat. Diplomé en technologie médicale, il a également passé un master en Finance, en 2008. En août 2008, Nasar a rejoint l'équipe MSF de Swat comme technicien médical. Deux mois plus tard, il a été chargé de la collecte des données. Il a travaillé six mois au sein de MSF avant de trouver la mort.

Quelques jours avant son décès, il envoyait ce message à l'un de ses collègues de MSF :


After Me.....
When I will not be here,
When I will be gone,
When I will be dead,
Just come to my grave,
Do not cry, just put some wild flowers beside me,
Sit beside me for few moments,
Talk to me, cheer me up,
Recall the time when we were together,
When we were friends, such close friends,
Listen to my quiet reply,
Enjoy those moments with me,
Try to understand the unsaid words & consider,
How much you still mean to me.

À lire aussi