Nord du Mali : MSF vient en aide à cinq enfants blessés lors de l’attaque-suicide près d’Ansongo

Hopital d'Ansongo juillet 2013
Hopital d'Ansongo, juillet 2013 ©Ramón Pereiro/MSF

Le 15 avril, un kamikaze a attaqué un camp de la Mission de l'ONU pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) situé aux abords de la ville d’Ansongo, tuant trois civils – deux enfants et un adulte – et blessant 16 autres personnes, des casques bleus pour la plupart. Une équipe de MSF s’est immédiatement rendue dans la zone et a transféré cinq enfants blessés à l’hôpital d’Ansongo, où MSF travaille depuis 2012.

Au vu de la gravité de ses blessures, l’un des enfants a dû être transporté à l’hôpital de Gao, chef-lieu de la région. Les quatre autres enfants sont actuellement pris en charge à Ansongo. « En tant qu'organisation d'aide médicale d'urgence, notre priorité est de répondre aussi vite que possible à ce type d’événements, car nous savons que les civils sont trop souvent pris au piège des affrontements entre les différents groupes armés présents dans le nord du Mali », déclare Côme Niyongabo, chef de mission de MSF au Mali.

Depuis novembre 2012, MSF travaille dans la région de Gao où elle apporte une aide médicale aux populations victimes du conflit armé dans la région. En 2014, MSF a axé son action sur l’hôpital d’Ansongo et sur plusieurs activités sanitaires au sein des communautés. MSF a également participé à la mise en place de campagnes de dépistage de la malnutrition infantile et de chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS) dans la région de Gao. Pour répondre au pic saisonnier de paludisme à venir, plus de 40 000 enfants ont reçu des traitements antipaludéens préventifs.

À lire aussi