Nigeria : les enfants atteints de saturnisme peuvent enfin être soignés à Bagega

Des enfants travaillent dans un site d’extraction d’or à Bagega. Ibrahim (à droite) 10 ans doit alimenter la broyeuse avec les pierres concassées.
Des enfants travaillent dans un site d’extraction d’or à Bagega. Ibrahim (à droite), 10 ans, doit alimenter la broyeuse avec les pierres concassées. ©Olga Overbeek/MSF

Médecins Sans Frontières a enfin pu commencer à traiter les enfants atteints de saturnisme dans le village de Bagega au Nigeria. Dans le premier des quatre groupes qui recevront des soins, MSF a amorcé le traitement de chélation auprès de 34 enfants pour éliminer le plomb qui se trouve dans leur sang. MSF surveillera aussi l’état de 126 autres enfants. MSF rappelle qu’il ne s’agit que du commencement, étant donné qu’elle ne peut pas traiter les enfants des trois autres groupes tant que leur maison n’a pas été entièrement décontaminée.

Le saturnisme sous sa forme aiguë peut mener à de sérieuses lésions cérébrales et à la mort chez les enfants. À Zamfara, MSF traite les victimes de la crise de saturnisme – la pire contamination jamais enregistrée dans notre histoire – depuis qu’elle a été découverte en 2010. Jusqu’à maintenant, l’organisation a soigné plus de 2 500 enfants. Avant aujourd’hui, l’organisation n’avait toutefois pas pu commencer les traitements à Bagega parce que le village n’avait pas encore été décontaminé. À Bagega, la décontamination implique de retirer les déchets causés par l’extraction et le traitement des minéraux ainsi que les sols contaminés que ce soit dans le village, les quartiers résidentiels, les maisons, les bâtiments, les aires communes, les puits et les étangs. La décontamination est essentielle au traitement médical : sans elle, les enfants continueront d’être exposés aux toxines de plomb et par conséquent, les traitements médicaux seront en grande partie inutiles.

« Après trois ans d’attente, MSF est heureuse d’avoir enfin commencé les traitements à Bagega, explique Simon Tyler, représentant de MSF au Nigeria. MSF reste cependant extrêmement consciente qu’il ne s’agit que du premier groupe parmi les quatre qui doivent être traités de toute urgence à Bagega. La décontamination actuelle doit se terminer avant la saison des pluies pour parvenir à traiter tous les enfants qui en ont besoin dans le village. »

Les patients sont répartis en quatre groupes en fonction du moment où la décontamination de leur maison sera réalisée. La première section de Bagega étant décontaminée, MSF a pu mettre le premier groupe de patients sous traitement. En plus d’offrir actuellement le traitement de chélation, l’équipe médicale MSF surveillera une centaine d’enfants dont l’état n’est pas suffisamment grave pour recevoir un traitement, mais qui présentent néanmoins un taux de plomb modéré dans le sang. MSF estime qu’elle aura mis sous traitement entre 600 et 800 enfants au total à Bagega.

La décontamination ne peut être effectuée que pendant la saison sèche. De plus, le versement tardif des fonds a retardé le début des travaux, ce qui signifie qu’il faudra mettre les bouchées doubles pour qu’ils soient terminés avant la saison des pluies.

« En très peu de temps, nous avons accompli à Bagega plus que ce que nous avions espéré, mais nos équipes subissent une pression énorme pour terminer la décontamination dans de très courts délais, explique Simba Tirima, directeur des opérations de terrain pour la fondation TerraGraphics qui s’occupe des travaux de décontamination. Malheureusement, des retards administratifs nous ont aussi beaucoup ralentis. Désormais, tout dépend de la pluie, mais TerraGraphics travaille 24 heures sur 24 pour s’assurer que les enfants de Bagega reçoivent le traitement de MSF le plus tôt possible. »

En définitive, pour résoudre la crise à Zamfara, il est nécessaire de recourir à une approche tripartite : fournir un traitement médical, effectuer une décontamination du milieu de vie et utiliser des pratiques minières plus sûres. MSF continue à préconiser l’adoption de pratiques minières plus sûres pour faire en sorte que les personnes travaillant dans l’extraction et le traitement du minerai puissent le faire sans risquer d’exposer leur vie, et celles des autres, à un empoisonnement au plomb.
 

MSF fournit des soins d’urgence au Nigeria depuis 1971.
 

* En mars 2010, MSF est intervenue lorsqu’elle a appris que des enfants mourraient d’une cause mystérieuse dans des villages de l’État de Zamfara, au nord du Nigeria. On estime que 400 enfants sont décédés et que des milliers d’autres présentaient des niveaux de plomb excessifs et sans précédent dans leur sang. Il s’agit de la pire épidémie de saturnisme connue de notre histoire.

À lire aussi