Niger : des milliers de personnes dans des conditions précaires après avoir été forcées d'abandonner le lac Tchad

Des milliers de personnes fuyant leur village dans les îles du lac Tchad au sud est du Niger.
Des milliers de personnes fuyant leur village dans les îles du lac Tchad, au sud-est du Niger. ©MSF

MSF est l'une des rares organisations à venir en aide à cette population vulnérable.

Des milliers de personnes ont fui leur village dans les îles du lac Tchad, au sud-est du Niger, après que les autorités nigériennes ont annoncé qu'elles devaient quitter la zone suite à l'attaque meurtrière de Boko Haram sur l'île de Karamga le 25 avril dernier. Selon les données préliminaires de l'Organisation des Nations Unies, 25 000 personnes sont arrivées à N'guigmi et Bosso, deux villes situées près du lac. Environ 1 500 autres personnes se trouvent actuellement dans un centre de transit à Diffa, la capitale de la région.

Les conditions dans lesquelles la population arrive sont critiques. La plupart d'entre eux ont dû marcher pendant des jours, laissant tous leurs biens derrière eux. « Les principaux besoins de la population sont l'eau, la nourriture, les soins de santé et le logement, explique Abdalla Hussein, coordinateur d'urgence de MSF à Diffa, et poursuit : Nous avons besoin de davantage d'aide en urgence car cette population est actuellement confrontée à une situation très précaire ».

MSF est l'une des rares organisations qui vient en aide à cette population dans le centre de transit de Diffa. Depuis dimanche dernier, les équipes de MSF ont effectué plus de 900 consultations médicales, traitant principalement des cas de déshydratation, d'hypoglycémie et d'infections respiratoires. En outre, après avoir négocié avec les autorités, plusieurs patients ont pu être orientés vers l'hôpital de Diffa, où l'organisation était déjà à la tâche. MSF fournit également de l'eau potable et de la nourriture.

À N'guigmi, MSF a traité certains réfugiés dans le centre de santé de la ville, où l'organisation travaillait déjà avec le ministère de la Santé avant la crise actuelle. Par ailleurs, nos équipes commencent à fournir une assistance médicale dans les deux camps où la population déplacée se concentre en ce moment : l'aéroport et Kimegana, une zone en rase campagne.

Les équipes de MSF évaluent également s'il est nécessaire d'intensifier son aide dans les zones du nord de Bosso, où est également arrivée la population déplacée du lac depuis le début du mois.

La plupart de la population ayant abandonné le lac sont des Nigérians qui avaient déjà fui le nord du pays en raison de la violence. Entre le 3 et le 6 mai, plusieurs milliers d'entre eux ont été rapatriés au nord du Nigeria par camion. 
 

Depuis décembre dernier, MSF travaille dans la région de Diffa pour assister la population qui avait atteint la zone pour fuir les violences au nord du Nigeria et la population locale. MSF travaille actuellement dans les districts de Diffa et N'guigmi, soutenant plusieurs centres de santé, y compris un centre de santé maternelle et infantile dans la ville de Diffa.

À lire aussi