Naître réfugié en Jordanie

Zain Al Abidine premier bébé qui a été examiné dans l’unité de néonatalogie de la maternité MSF à Irbid en Jordanie  novembre 2013.
Zain Al-Abidine, premier bébé qui a été examiné dans l’unité de néonatalogie de la maternité MSF à Irbid, en Jordanie - novembre 2013. ©Enass Abu Khalaf-Tuffaha/MSF

Après trois années de conflit en Syrie, une maternité est créée à Irbid, en Jordanie, pour que les réfugiées syriennes puissent donner la vie en toute sécurité. Zain est le premier bébé pris en charge dans l’unité de néonatologie.

« Zain est un beau bébé qui pèse 3,3 kg, explique Eve Van Den Bussche, infirmière superviseuse dans l’unité de néonatalogie, Nous avons dû le mettre en observation car sa mère avait eu une césarienne et était sous anesthésie. Le bébé avait un peu froid, il fallait donc le maintenir au chaud dans une couveuse avant de l’amener à sa maman. »

Né le 22 octobre 2013, Zain Al-Abidine est le premier bébé pris en charge dans l’unité de néonatalogie de la maternité d’Irbid, dans le nord de la Jordanie. En mai 2012, le père de Zain a dû fuir avec sa famille la ville de Homs en Syrie, en raison des violents combats dans le quartier de Baba Amro.

« Je suis si heureux que nous ayons trouvé cet hôpital et que ma femme ait pu accoucher de notre bébé en toute sécurité. Mon fils est très mignon et je lui ai donné le nom de Zain Al-Abidine. Les infirmières se sont bien occupées de lui dans l’unité de néonatalogie. Il est en bonne santé et retrouvera vite sa maman dans sa chambre », ajoute le papa de Zain.

La crise en Syrie a provoqué un afflux de réfugiés sans précédent dans les pays voisins. Plus de 576 000 Syriens sont actuellement en Jordanie. La majorité d’entre eux - environ 80% - vivent en dehors des camps de réfugiés. Une situation qui pèse sur les ressources du pays, notamment sur le système de santé surchargé et qui a pour effet de réduire l’accès aux soins pour les Jordaniens. En Jordanie, la région d’Irbid accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens. Ils sont plus de 129 000 (Source : UNHCR).

À lire aussi