MSF en alerte suite au tsunami en Sulawesi en Indonésie

Indonésie le village de Talise détruit
Le village de Talise au centre de la Sulawesi le 1er octobre 2018 après le tremblement de terre et le tsunami.  ©Dirna Mayasari/MSF

Selon le rapport officiel de l'Agence nationale indonésienne de gestion des catastrophes, au 2 octobre 2018, le récent tremblement de terre et le tsunami survenus dans le centre de la Sulawesi, en Indonésie, ont fait 1234 morts.

De plus, 799 personnes sont grièvement blessées et 66 000 logements ont été détruits.

MSF a déployé une équipe locale dans le centre de la Sulawesi, en Indonésie, pour procéder à une évaluation des besoins médicaux et humanitaires en coordination avec le mécanisme national d'intervention. L'équipe est composée de médecins, de logisticiens et de spécialistes en eau et assainissement.

La situation est encore très incertaine pour le moment. Nous essayons donc de déterminer le plus rapidement possible l’assistance nécessaire que nous pouvons offrir.

Mise à jour au 6 octobre :

L’équipe locale envoyée le 2 octobre poursuit ses évaluations dans les zones touchées.

L’équipe d’évaluation a été scindée en deux. Le premier groupe a identifié des besoins médicaux immédiats dans le sud de Palu, dans une zone toujours difficile d'accès en raison de la destruction de la route. Pendant ce temps, le deuxième groupe s'est rendu sur la côte ouest, jusqu'au nord de Palu, pour évaluer la situation dans cette zone.

Mise à jour du 11 octobre

Mise à jour du 26 novembre

Médecins Sans Frontières met progressivement un terme à ses activités de réponse d’urgence dans le Sulawesi central. Jusqu’à la mi-décembre, l’association continuera à fournir des soins de santé mentale aux populations touchées par le tsunami et à proposer des formations aux équipes médicales locales pour qu’elles puissent offrir des prises en charge de santé mentale de manière autonome.

Les activités de soutien logistique de MSF ont pris fin le 18 novembre après la construction d’un centre de santé temporaire à Baluase, au sud de Palu, et l’installation de latrines et de réservoirs d’eau dans des camps de déplacés. Le 14 novembre, les activités cliniques ont également pris fin après une évaluation de la capacité des centres de santé à répondre aux besoins de santé de la population. Ces centres de santé fonctionnaient en effet à environ 80 - 90 % de leurs capacités et avaient déjà rétabli les services et programmes qu’ils géraient avant le tsunami.

Les équipes de Médecins Sans Frontières ont pris en charge près d’un millier de consultations médicales depuis le début de leur intervention le 2 octobre.

Le bilan du tsunami, au 30 octobre, fait état de 2101 décès, de 4438 blessés et de 1373 personnes disparues.

À lire aussi