Madagascar : auprès des populations isolées du sud de l'île

Madagascar Bekily sensibilisation santé des femmes
Madagascar, Bekily, sensibilisation, santé des femmes ©Camille Niquin/MSF

Depuis mai 2011, MSF intervient dans le district de Bekily, au sud de Madagascar. 

Nous quittons la ville de Fort Dauphin, sur la côte pacifique au sud-est de l’île dès l’aube. 12 heures de pistes chaotiques nous attendent pour nous rendre à Bekily, une ville d’environ 14 000 habitants située dans la région de l’Androy, plein sud de l’île.  

L’Androy, littéralement « le pays des épines », porte bien son nom. Ici, rien ne semble pouvoir résister à la chaleur écrasante de ce désert de terre et de rocailles hormis les « raketa », les cactus, ou encore les aloès et les baobabs nains. 

Loin de tout, les populations isolées dans les villages ont un accès aux soins très limité. L’offre de soin dans la région est l'une des plus faibles du pays.

Depuis le début de la collaboration de Médecins Sans Frontières avec les services de santé du district de Bekily, en mai 2011, MSF soutient l’hôpital de la ville d’une capacité de 20 lits.

MSF y prend en charge les urgences et soutient  les services de médecine, maternité et  pédiatrie. 

Le service des urgences et pansements. Naina, la médecin tente de poser une sonde à ce jeune enfant tombé dans le coma.

L’une des principales problématiques rencontrées par les équipes est l’état de santé très dégradé dans lequel arrivent les patients à l’hôpital.  

Les personnes ont d’abord recours à des médecins traditionnels avant de venir se faire soigner à l’hôpital. Cette patiente est allée voir un médecin traditionnel : « elle a vu quelqu’un qui lui a fait des injections intramusculaire durant une ou deux semaines et après elle a eu un abcès à cause des injections qui n’étaient pas propres ».  

70 patients sont hospitalisés en moyenne chaque mois dont la moitié pour des accouchements. L’un des objectifs du projet est d’améliorer l’offre de soins des femmes enceintes par la détection et la prise en charge des grossesses à risque et des accouchements compliqués. 

1 / 10

Depuis mai 2011, MSF intervient dans le district de Bekily, au sud de Madagascar. 

Nous quittons la ville de Fort Dauphin, sur la côte pacifique au sud-est de l’île dès l’aube. 12 heures de pistes chaotiques nous attendent pour nous rendre à Bekily, une ville d’environ 14 000 habitants située dans la région de l’Androy, plein sud de l’île.  

L’Androy, littéralement « le pays des épines », porte bien son nom. Ici, rien ne semble pouvoir résister à la chaleur écrasante de ce désert de terre et de rocailles hormis les « raketa », les cactus, ou encore les aloès et les baobabs nains. 

Loin de tout, les populations isolées dans les villages ont un accès aux soins très limité. L’offre de soin dans la région est l'une des plus faibles du pays.

Depuis le début de la collaboration de Médecins Sans Frontières avec les services de santé du district de Bekily, en mai 2011, MSF soutient l’hôpital de la ville d’une capacité de 20 lits.

MSF y prend en charge les urgences et soutient  les services de médecine, maternité et  pédiatrie. 

Le service des urgences et pansements. Naina, la médecin tente de poser une sonde à ce jeune enfant tombé dans le coma.

L’une des principales problématiques rencontrées par les équipes est l’état de santé très dégradé dans lequel arrivent les patients à l’hôpital.  

Les personnes ont d’abord recours à des médecins traditionnels avant de venir se faire soigner à l’hôpital. Cette patiente est allée voir un médecin traditionnel : « elle a vu quelqu’un qui lui a fait des injections intramusculaire durant une ou deux semaines et après elle a eu un abcès à cause des injections qui n’étaient pas propres ».  

70 patients sont hospitalisés en moyenne chaque mois dont la moitié pour des accouchements. L’un des objectifs du projet est d’améliorer l’offre de soins des femmes enceintes par la détection et la prise en charge des grossesses à risque et des accouchements compliqués. 

1 / 10

À lire aussi