Libye : MSF intervient dans un hôpital à Misrata

Hôpital Qasr Ahmed à Misrata
Hôpital Qasr Ahmed à Misrata ©MSF

Dans la ville assiégée de Misrata, une équipe MSF de douze personnes met en place des activités médicales et chirurgicales à l'hôpital Kasr Ahmed, et apporte un soutien à l'hôpital d'Al Hikma.

Une équipe MSF est arrivée à Misrata ce jeudi 28 avril, en renfort de l'équipe de trois personnes présente depuis 10 jours pour évaluer les besoins. La nouvelle équipe, composée de neuf personnes - deux chirurgiens, deux anesthésistes, trois infirmiers, un médecin et un logisticien - est partie de Malte à bord d'un bateau chargé de 12 tonnes de matériel médical et de médicaments.

Parmi cette équipe, un chirurgien MSF travaille actuellement dans l'hôpital d'Al Hikma, à Misrata, la structure de référence pour les interventions chirurgicales compliquées, en soutien à l'équipe médicale libyenne qui travaille sans relâche depuis plusieurs semaines.

Le reste de l'équipe s'apprête à débuter ses activités dans l'hôpital de Kasr Ahmed situé dans l'est de la ville. Dans un premier temps, l'équipe va aménager les locaux de l'hôpital en vue de réhabiliter le bloc opératoire et installer une salle de réveil ainsi qu'une salle d'hospitalisation.

L'objectif est de fournir des soins médicaux et chirurgicaux à la grande majorité de la population de Misrata, réfugiée dans cette zone après avoir fui les violents combats dans le centre et le sud de la ville, ainsi qu'aux migrants africains et asiatiques isolés dans les environs du port, dans l'attente d'un bateau pour être rapatriés.

Structures médicales, médicaments et matériel insuffisants
En plus des soins médicaux, chirurgicaux et pédiatriques d'urgence qui devraient démarrer dans les prochains jours, MSF prévoit d'augmenter la capacité d'accueil de l'hôpital de Kasr Ahmed - aujourd'hui de 12 lits - à une cinquantaine environ, ainsi que de réhabiliter le bloc opératoire.
Selon nos équipes sur place, les hôpitaux de Misrata disposent en effet d'une capacité d'accueil et de moyens extrêmement limités - environ une centaine de lits - pour une population d'environ 300 000 personnes.
MSF prévoit également d'accroître l'accès aux soins d'urgence pour les femmes enceintes et les enfants avec l'installation d'un deuxième bloc opératoire et l'augmentation du nombre de lits disponibles.
MSF est aujourd'hui la seule ONG médicale internationale présente dans la ville.

Samedi, un bateau transportant à son bord cinq personnes partira de Benghazi en direction de Misrata. Cette équipe se concentrera sur les soins gynéco-obstétriques d'urgence, pédiatrie et néonatologie à la clinique Tubah. Une équipe supplémentaire devrait partir de Malte mercredi pour Misrata avec un bateau-cargo transportant 7,5 tonnes de matériel.

Des conditions toujours instables à la frontière tunisienne
Le 27 avril, des bombardements des forces armées gouvernementales ont endommagé l'hôpital de la ville de Zintan située au sud de la frontière avec la Tunisie. Suite à ces attaques, les équipes MSF ont évacué par ambulance 18 patients et leur ont prodigué des soins de premiers secours et de stabilisation.

Les groupes armés de l'opposition, quant à elles, se retrouvent piégés par les troupes du colonel Khadafi entre la frontière tunisienne et Dehiba. Alors que les affrontements se poursuivent, la majorité des personnes ayant trouvé refuge de l'autre côté de la frontière sont des femmes et des enfants. Dans le sud de Dehiba, les besoins médicaux vont en grandissant. Aussi, l'aide de MSF est spécialement requise dans les centres médicaux, notamment en matière de stabilisation, chirurgie et consultations générales pour les blessés. Enfin, MSF fournit un soutien en soins psychologiques dans le camp de réfugiés libyens et dans les communautés d'accueil.

 

 

À lire aussi