Libye : MSF évacue Zintan

Equipe MSF dans l'hôpital de Zintan
Equipe MSF dans l'hôpital de Zintan ©Florent Marcie

Médecins Sans Frontières a évacué son équipe de l'ouest de la ville libyenne de Zintan vendredi 27 mai, suite à des bombardements répétés.

Au cours des derniers jours, le centre-ville a été bombardé tous les après-midis, plusieurs roquettes atterrissant entre 100 et 200 mètres de l'hôpital, explique le Dr Morten Rostrup, un médecin MSF spécialisé en soins intensifs. Heureusement, aucune victime grave n'est à déplorer".

MSF a commencé à travailler à Zintan en mars, et de manière continue depuis le mois d'avril. L'équipe de cinq personnes, dont un chirurgien, un médecin spécialisé en soins intensifs et deux infirmières, soutient l'hôpital de Zintan depuis les quatre dernières semaines, notamment dans la gestion de l'afflux des blessés suite aux combats entre les troupes pro-Kadhafi et l'insurrection dans la région des Montagnes de Nafusa.

Depuis le 30 avril, plus de 120 blessés ont été admis à l'hôpital. L'équipe MSF a également assuré la formation du personnel et fourni du matériel médical et des médicaments à l'hôpital.

Au début du mois d'avril et au cours des derniers jours, l'équipe MSF a été témoin des bombardements aveugles de la ville par les forces pro-Kadhafi.

"Les bombardements qui ont eu lieu récemment rendent l'hôpital trop dangereux pour que l'équipe MSF puisse continuer à y travailler, poursuit le Dr Rostrup. Nous avons dû retirer notre équipe médicale de Zintan."

Des familles auraient fui Zintan en direction de la Tunisie et traversé le poste frontière à Dehiba. Depuis début avril, plus de 50.000 Libyens ont fui le conflit et trouvé refuge le long de la frontière tuniso-libyenne. Tataouine, une ville de 60.000 habitants, a absorbé plus de 30.000 réfugiés en provenance de Libye.

MSF dispense des soins médicaux et de santé mentale à cette population de réfugiés, et appuie les structures de santé locales pour faire face à l'augmentation des besoins médicaux.

MSF dénonce les bombardements indiscriminés de la ville de Zintan et ses conséquences sur la population civile. MSF réitère également son appel au respect des structures médicales, et à la protection du personnel médical et des véhicules transportant des patients.

L'hôpital continue de fonctionner et MSF poursuit son approvisionnement en matériel nécessaire. L'équipe compte retourner à Zintan dès que la situation le permettra.

À lire aussi