L'échappée des Rohingyas depuis le Myanmar

Plus de 422 000 Rohingya ont fui les violences dans l'Etat de Rakhine au Myanmar et se sont réfugiés au Bangladesh. Les réfugiés traversent la frontière par la rivière Naf dans l'eau et sous la pluie.
Plus de 422 000 Rohingya ont fui les violences dans l'Etat de Rakhine au Myanmar et se sont réfugiés au Bangladesh. Les réfugiés traversent la frontière par la rivière Naf, dans l'eau et sous la pluie. ©Antonio Faccilongo

La plupart des réfugiés se sont installés dans des camps de fortune. Deux des camps déjà existants à Kutupalong et Balukhali ont fusionné et ont pris la forme d'un camp géant, devenu l'un des plus grands camps de réfugiés au monde.

 

Des réfugiés marchant sous la pluie lors du passage de la frontière, à la rivière Naf.

 

Clinique MSF à Kutupalong. Les structures médicales sont complétement débordées. Entre le 25 août et le 17 septembre, les cliniques MSF ont effectué un total de 9602 consultations.

 

Alors que la couverture vaccinale chez les Rohingyas au Myanmar est déjà très faible, l'augmentation très rapide de la population accroit significativement le risque d'épidémie de maladie infectieuse dans la région.

 

Distribution d'eau par Action Contre la Faim à Thangkhali. Faute d'eau potable, les gens boivent l'eau collectée dans les rizières, les flaques, ou de petits puits creusés à la main et souvent contaminés par des excréments.

 

 

Il n'y a pas de routes à l'intérieur du camp, ce qui rend l'acheminement de l'aide très difficile. Le terrain est vallonné, sujet aux glissements de terrain, et il n'y a pas de latrines. Quand on marche à travers le camp, on patauge dans l'eau sale et les déjections.

 

 

Clinique MSF à Kutupalong.
En savoir plus

1 / 7

La plupart des réfugiés se sont installés dans des camps de fortune. Deux des camps déjà existants à Kutupalong et Balukhali ont fusionné et ont pris la forme d'un camp géant, devenu l'un des plus grands camps de réfugiés au monde.

 

Des réfugiés marchant sous la pluie lors du passage de la frontière, à la rivière Naf.

 

Clinique MSF à Kutupalong. Les structures médicales sont complétement débordées. Entre le 25 août et le 17 septembre, les cliniques MSF ont effectué un total de 9602 consultations.

 

Alors que la couverture vaccinale chez les Rohingyas au Myanmar est déjà très faible, l'augmentation très rapide de la population accroit significativement le risque d'épidémie de maladie infectieuse dans la région.

 

Distribution d'eau par Action Contre la Faim à Thangkhali. Faute d'eau potable, les gens boivent l'eau collectée dans les rizières, les flaques, ou de petits puits creusés à la main et souvent contaminés par des excréments.

 

 

Il n'y a pas de routes à l'intérieur du camp, ce qui rend l'acheminement de l'aide très difficile. Le terrain est vallonné, sujet aux glissements de terrain, et il n'y a pas de latrines. Quand on marche à travers le camp, on patauge dans l'eau sale et les déjections.

 

 

Clinique MSF à Kutupalong.
En savoir plus

1 / 7

À lire aussi