Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Kenya : impossibilité de soigner des civils au Mont Elgon

Avril 2008  Une équipe MSF donne une consulation médicale dans la région du Mont Elgon
Avril 2008 - Une équipe MSF donne une consulation médicale dans la région du Mont Elgon © Simon Burroughs / MSF

A l'ouest du Kenya, à la frontière avec l'Ouganda, la région du Mont Elgon compte de nombreuses personnes déplacées depuis plusieurs mois. MSF leur apporte une assistance médicale, aujourd'hui entravée par les autorités kenyanes.

A l'ouest du Kenya, à la frontière avec l'Ouganda, la région du Mont Elgon compte de nombreuses personnes déplacées depuis plusieurs mois. MSF leur apporte une assistance médicale, aujourd'hui entravée par les autorités kenyanes.

Dans la région du Mont Elgon, le travail des équipes de Médecins Sans Frontières fait l'objet de blocages et restrictions imposées par les autorités locales kenyanes.

Depuis début juillet, les équipes ne peuvent accéder à la population civile et fournir l'aide médicale dont elle a besoin.

« Alors que nous aidions encore des milliers de civils il y a trois semaines, nous sommes aujourd'hui extrêmement préoccupés par leur situation », raconte David Michalski, coordinateur MSF pour les opérations au Kenya.

« Dans l'impossibilité de circuler librement, nous ne pouvons plus effectuer les transferts à l'hôpital des patients qui doivent être opérés en urgence. Certains sont laissés à leur sort, sans aucun accès aux soins vitaux ».

Alors que nous aidions encore des milliers de civils il y a trois semaines, nous sommes aujourd'hui extrêmement préoccupés par leur situation.
David Michalski, coordinateur MSF
Avant ces restrictions, plus de 35 000 consultations médicales avaient été effectuées en collaboration avec le ministère de la Santé.

 

 

Malgré de récentes tentatives de discussion avec les autorités locales et nationales, aucune explication n'a été fournie jusqu'à présent.

Ce blocage intervient alors que de nouvelles attaques ont été signalées dans une des zones où MSF a justement l'habitude de travailler. Les populations qui avaient trouvé refuge dans les montagnes, à Chebonweny, ont raconté que des gardes forestiers armés avaient brûlé leurs maisons, abris et réserves de nourriture. Leurs couvertures ont été volées ou détruites. Dans la même zone, une unité médicale MSF accueillant de nombreuses personnes en quête de sécurité a également été brûlée.

« Le fait d'attaquer intentionnellement des structures médicales et d'entraver le travail des organisations humanitaires constitue une atteinte aux Conventions de Genève », ajoute Michalski. «Cette attaque montre une fois de plus, que les populations civiles sont les premières victimes des violences. MSF demande aujourd'hui à s'entretenir avec les autorités et que ces restrictions soient levées, afin de pouvoir continuer à porter secours à la population du Mont Elgon, comme elle l'a fait ces derniers mois, de manière neutre et impartiale ».

MSF est l'une des rares organisations humanitaires à venir en aide aux habitants du Mont Elgon, qui subissent les conséquences des violences. Depuis avril 2007, MSF fournit des soins gratuits : elle soutient les structures de santé primaires, vaccine, et met en place des dispensaires mobiles dans les endroits les plus reculés. MSF a également établi un système de référence pour les urgences médicales et distribué des biens de première nécessité.

 

 

À lire aussi