Kaletra : Abbott botte en touche

Les malades du sida dans les pays en développement sont privés des innovations thérapeutiques qui pourraient leur sauver la vie. MSF refuse la pratique courante des sociétés pharmaceutiques qui commercialisent en Afrique en Asie et en Amérique Latin
©MSF

Le 15 mars, MSF a commandé la nouvelle formulation du Kaletra et demandé à son fabricant, les Laboratoires Abbott, de rendre disponible dans les pays du Sud cet antirétroviral clé qui résiste à la chaleur. La réponse d'Abbott ne résout rien.

En réponse à notre commande de la nouvelle formulation du Kaletra et à la lettre ouverte qui l'accompagne, publiée le 15 mars, Abbott se retranche dans son courrier du 17 mars derrière des arguments réglementaires infondés. C'est pourquoi nous avons à nouveau envoyé une lettre à Abbott pour savoir s'ils acceptent ou non de nous livrer les produits commandés pour approvisionner neuf de nos programmes de prise en charge des malades du sida, et pour renouveler notre appel à rendre le nouveau Kaletra disponible dans les pays pauvres, à un prix abordable.

Le Kaletra des Laboratoires Abbott (une société américaine basée à Chicago) est un médicament clé recommandé par l'OMS pour les patients qui ne répondent plus aux traitements de première intention. C'est ce qu'on appelle un traitement antirétroviral (ARV) de deuxième ligne. L'ancienne version du Kaletra, commercialisée depuis 2000, est une gélule qui fond à la chaleur et est donc inadaptée aux pays où vivent la très grande majorité des malades du sida. La nouvelle version, résistante à la chaleur, n'est pour l'instant vendue qu'aux Etats-Unis, pour près de 10.000 dollars par an et par patient.

Dossier spécial accès aux médicaments essentiels

Pour plus d'informations sur les difficultés concernant l'accès aux médicaments essentiels, consultez notre dossier spécial "Menace sur l'accès aux médicaments essentiels"

À lire aussi