Journée mondiale des réfugiés : Dr Hamza Issa, médecin syrien dans le camp de Darashakran en Irak

Dr Hamza Issa 56 ans médecin dnas le camp de Darashakran à Erbil en Irak.
Dr Hamza Issa, 56 ans, médecin dnas le camp de Darashakran, à Erbil en Irak. ©Karem Issa/MSF

Pour commémorer la Journée mondiale des réfugiés, célébrée le 20 juin, nous vous présentons l’histoire de trois réfugiés syriens qui travaillent avec nous en Irak, ce qu’ils apportent et ce qu’ils ont dû sacrifier. Ce sont des médecins qui n’ont pas fui tout de suite les combats, ils se sont au contraire efforcés de remplir leur devoir de médecin en Syrie jusqu’à ce que cela ne soit plus possible et ils continuent aujourd’hui à aider efficacement leurs compatriotes réfugiés. Bien qu’ils aient dû prendre la fuite et laisser derrière eux une bonne part de leur vie et de leurs biens, ils n’ont pas laissé en déshérence leur mission médicale.

Hamza, 56 ans, est un médecin généraliste qui vient de Quamishli dans le nord de l’Irak. En 2012, il travaillait dans la région d’Al-Hassakah dans un centre de santé qu’un groupe armé a attaqué et pillé. Ce groupe lui a dit qu’il ne pouvait plus donner de soins.

« Nous avons essayé de continuer à travailler malgré l’intensification des combats entre les différents groupes, dit-il. Et nous avons tenté d’expliquer aux groupes qui nous avaient attaqués que nous avions prêté le serment d’Hippocrate par lequel nous sommes tenus de soigner tous les patients, mais cela n’y a rien fait. Les menaces se sont poursuivies et nous avons été arrêtés et interrogés plusieurs fois. »

Déterminé à continuer à travailler, Hamza est allé dans la ville d’Al-Quataniyah où il a repris son travail dans un dispensaire mais la situation ne s’est pas améliorée.

« Enormément de médecins avaient fui pour se mettre à l’abri. J’étais l’un des deux seuls médecins restés dans la ville et la pression a été de plus en plus forte sur nous alors que nous nous efforcions d’aider un grand nombre de blessés. »

Le personnel médical dans la région était constamment menacé et quand quelqu’un a prévenu Hamza que son nom était sur une liste de personnes recherchées, il a décidé de partir, « après avoir essayé de rester jusqu’au dernier souffle », dit-il.

Hamza a quitté la Syrie le 31 décembre 2013 et s’est retrouvé en Irak en 2014. Il avait entendu parler de MSF et a pris contact avec nous via internet. Il travaille avec MSF depuis l’ouverture du projet dans le camp de réfugiés de Darashakran.

« En tant que médecins kurdes syriens, il nous est plus facile de communiquer avec les patients. La chose la plus importante pour nous est de dispenser des soins de qualité, de réfugié syrien à réfugié syrien. »

Dossier urgence Syrie

Retrouvez notre dossier spécial rassemblant toutes nos informations à propos de nos activités relatives au conflit qui se déroule en Syrie et dans les pays voisins.

À lire aussi