Soyez là où votre don sauve des vies

Japon : MSF auprès de personnes âgées souffrant de maladies chroniques

Consultation du Dr Yoshitaka Nakagawa dans un centre d'accueil de Kesennuma le 17 mars 2011
Consultation du Dr Yoshitaka Nakagawa dans un centre d'accueil de Kesennuma, le 17 mars 2011 © Yozo Kawabe / MSF

Au cours des sept derniers jours, MSF a prodigué des consultations médicales dans 20 centres d’accueil de Minami Sanriku, où 10.000 personnes ont trouvé refuge.

Le Dr Yoshitaka Nakagawa est rentré samedi soir après avoir passé la semaine dans le nord est, se déplaçant parfois à pied avec l’équipe auprès des communautés isolées affectées par le séisme et les tsunamis. Il a notamment rencontré un patient âgé de 70 ans souffrant d’insuffisance rénale chronique, et dont l’état de santé s’est détérioré, faute d’accès à un centre médical disposant d’un appareil d’hémodialyse.
Heureusement, sa famille est restée auprès de lui et faisait tout son possible pour l’aider. Elle surveillait son poids, son taux de sucre sanguin, s’assurait qu’il mange et qu’il fasse de l’exercice”, explique le Dr Yoshitaka Nakagawa. Le médecin  lui a prescrit et  fourni un traitement. Une autre équipe mobile MSF continuera de suivre l’état de santé du patient dans les prochains jours.
Tandis que deux équipes mobiles MSF travaillent à Minami Sanriku, une autre équipe a rendu visite aux habitants situés entre Kesennuma et Miyako, sur la côte nord-est. MSF envisage l’opportunité d’intervenir auprès des personnes âgées de Miyako, et évalue à présent la situation à Rikuzentakada.

Dans le nord de la préfecture de Miyagi visité par MSF, la situation évolue rapidement, tandis que le déploiement massif de l’aide permet de dégager les accès et que d’importants secours continuent d’arriver.

Les principaux problèmes rencontrés par les médecins de MSF restent les maladies chroniques observées au sein d’une population essentiellement âgée.

Les 12 personnes qui composent les équipes mobiles MSF continuent de faire des consultations médicales dans les centres d’évacuations des régions affectées. Elles répondent aux attentes et aux besoins spécifiques des sinistrés, comme la fourniture de kits d’hygiène (savon, brosse à dents, dentifrice, serviette de toilette, etc.)
"Les conditions de vie sont encore difficiles. Après plus d’une semaine, certains centres d'évacuation sont surpeuplés et les gens peuvent avoir besoin de matériel d’hygiène, explique Emmanuel Goué, coordonnateur d'urgence pour le projet. Dans les prochains jours, notre priorité sera de distribuer des kits d’hygiène auprès de 10 000 personnes réparties dans les centres d’accueil de la région de Minami Sanriku.
Samedi, un psychologue a également rejoint l’équipe du Nord-Est pour évaluer les conséquences des événements subis par les sinistrés. “Les plus âgés sont aussi les plus vulnérables face à ce type de situation, explique Ritsuko Nishimae, psychologue pour MSF. Le séisme et les tsunamis ont provoqué un véritable traumatisme, plus important encore chez les personnes âgées évacuées de leur domicile. Si la plupart des gens ont la capacité de s'adapter aux nouvelles conditions de vie, cette adaptation est plus difficile et exige plus de temps chez les personnes âgées."

Avant le tremblement de terre, une quarantaine de personnes travaillaient pour MSF dans ses bureaux de Tokyo. Cinq autres personnes sont arrivées en renfort pour assister les activités d’une équipe de 12 volontaires présents aujourd’hui dans le nord-est.

 


View Médecins Sans Frontières (MSF) response to Japan earthquake and tsunami disaster in a larger map

 

À lire aussi