Être généreux ici, c’est soutenir nos médecins sur tous les terrains

ÊTRE GÉNÉREUX ICI, C'EST VACCINER SOUFFRANCE À BIRINGI

En savoir plus

Iran - Les témoignages de Jean Paul, médecin et Azadeh, infirmière

Mardi 30 décembre

Récit du Dr Jean Paul Delain ? Coordinateur médical de la mission à Bam."Bam est une ville mutilée, une ville aux survivants au regard vide, assommés par des gravats où se dessine le squelette de quelques bâtiments, habitations... Et, à leurs pieds, les quelques membres des familles rescapées de ce cauchemar collectif.

Nous avançons dans la ville : ce spectacle se répète sur des kilomètres. Devant les tentes installées dans les jardins, des êtres tristes, ne se résignant pas à quitter leur maison devenue une tombe familiale.

Il faudra quelques jours pour essayer de comprendre qui fait quoi dans la multitude d'ONG et l'hystérie des secours, pour dégager des axes d'actions pertinentes : soins de santé primaire, distributions de kit d'hygiènes, stratégies fixes ou mobiles, programme de soutien psychologique ... Chaque tente est un concentré de drames individuels et de visages marqués par le deuil."

Mercredi 31 décembre

Récit de Azadeh Namdar Mofrad, infirmière iranienne, venue de Mashad (Nord-Est de l'Iran)

"Je travaille avec MSF à Mashad en tant qu'infirmière. Depuis 1998, j'ai eu l'occasion de faire beaucoup de choses pour les réfugiés afghans que nous aidons là-bas. Mais c'est la première fois que j'avais à aider mes propres concitoyens.

En arrivant à Bam, j'ai eu l'étrange impression de plonger au coeur d'un cauchemar tel que personne ne peut se le figurer : comment on peut perdre tout ce que l'on a en l'espace de quelques secondes à peine. C'était terrible.

Avec Eric, le médecin MSF de Zahedan, nous avons d'abord parcouru la ville et ses alentours, nous arrêtant à chaque tente, parlant aux gens, les soignant de leurs maux plus ou moins graves. Ils avaient et ont toujours vraiment besoin de ce soutien, et je suis fière d'avoir pu leur procurer un peu de soulagement.

Je suis contente de cette mobilisation, toutes ces ONG venues aider et ces journalistes qui ont fait connaître au monde entier ce qui se passe ici."

À lire aussi