Irak : rétablir l'accès aux soins de santé dans le nord-ouest du pays

Zarifa est âgée de 28 ans. Elle est la première femme à avoir donné naissance dans la maternité soutenue par Médecins Sans Frontières à l'hôpital général de Sinuni. Irak. 2018.
Zarifa est âgée de 28 ans. Elle est la première femme à avoir donné naissance dans la maternité soutenue par Médecins Sans Frontières à l'hôpital général de Sinuni. Irak. 2018. ©MSF

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent dans l’hôpital général de Sinuni, en collaboration avec les autorités sanitaires irakiennes, afin de pallier le manque d’accès aux soins de santé des populations de retour dans la région. La ville de Sinuni est la plus densément peuplée de la région de Sinjar et une exploration de l’association a notamment conclu à l’absence notable d’accès aux soins d’urgence, obstétricaux et pédiatriques pour les populations de cette zone.

L’accès aux soins de santé s’est effondré dans le Sinjar, où se situe Sinuni, après la prise de la région par le groupe État islamique en 2014. « L’accès aux soins de santé a été durement touché en raison des dommages sévères infligés aux structures de santé, du déplacement des professionnels de santé et des conditions de sécurité problématiques dans certaines parties de la région », indique Morris Ramnaps, coordinateur de projet chez MSF.

Depuis la fin de l’offensive militaire en novembre 2015, les populations ne reviennent que très progressivement dans le Sinjar. On compte aujourd’hui quelque 100 000 habitants dans la région, principalement des membres de la communauté yézidie, alors que près de 400 000 personnes y vivaient avant le début du conflit.

Les équipes de l’association ont noté que de nombreux Yézidis étaient réticents à l’idée de se rendre dans les structures médicales de villes comme Tall Afar ou Mossoul, situées respectivement à 60 km et 130 km de Sinuni, en raison des violences qu’ils ont subies ces dernières années.

Une sage-femme MSF conduit une session de formation avec des sages-femmes et des infirmières locales à l'hôpital général de Sinuni. Irak. 2018.
 © MSF
Une sage-femme MSF conduit une session de formation avec des sages-femmes et des infirmières locales à l'hôpital général de Sinuni. Irak. 2018. © MSF

Depuis juillet 2018, Médecins Sans Frontières soutient l’hôpital général de Sinuni en réhabilitant et en gérant le service des urgences. L’association propose également aux patients un service d'ambulances qui leur permet d’effectuer des consultations de suivi, ainsi que des soins obstétricaux dans la seule maternité de la zone équipée d’un bloc opératoire. « Le nombre de patients ne cesse d’augmenter depuis que nous avons ouvert ce service. Nous effectuons désormais 25 accouchements en moyenne par semaine », détaille Priscillah Gitahi, responsable de l’équipe médicale MSF.

Médecins Sans Frontières proposera des soins de santé mentale à Sinuni d’ici la fin de l’année afin de répondre à la forte demande de soutien post-traumatique et à la prise en charge de maladies mentales qui nécessitent de la psychiatrie et des traitements médicamenteux.

« Nous travaillons également à l’amélioration de l’accès aux soins spécialisés. En effet, 90 % des références vers des centres adaptés situés en dehors de la région de Sinjar sont effectuées par Médecins Sans Frontières », conclut Morris Ramnaps.

À lire aussi