Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Haytham – Patient MSF - 9 ans

Le 27 décembre 2008, l'opération militaire israélienne "Plomb durci" était lancée sur la bande de Gaza. Huit mois après, quelles conséquences pour la population civile? Rencontrés en juillet dernier, patients et personnels MSF - expatriés et palestiniens - témoignent.

Le 27 décembre 2008, l'opération militaire israélienne "Plomb durci" était lancée sur la bande de Gaza. Huit mois après, quelles conséquences pour la population civile? Rencontrés en juillet dernier, patients et personnels MSF - expatriés et palestiniens - témoignent.

« J'ai eu un accident avec une mine. C'était le 26 janvier, après la guerre. Je jouais derrière chez moi quand j'ai trouvé cette boule métallique. Je l'ai prise, elle a explosé.

Je n'ai pas compris sur le coup. Je voyais tout ce sang couler, de mes mains, de mon visage. Ca faisait très mal. J'avais peur. Mon petit frère aussi a été blessé.

Mes parents m'ont emmené à l'hôpital. J'avais des éclats d'obus partout : dans la poitrine, à la figure, aux deux bras, dans le ventre. Je suis resté hospitalisé deux semaines.

J'ai été référé à MSF pour être opéré sous les tentes. C'est là que les éclats ont été retirés, le 31 mars. Au réveil je ne me sentais pas bien du tout, j'avais très mal à la tête.

J'ai mis plusieurs jours à récupérer. Aujourd'hui, je viens à la clinique pour faire ma kiné. Je sens que ça va beaucoup mieux, que mon état s'améliore. Je n'ai plus mal.

Deux enfants qui vivaient près de chez moi ont eu le même genre d'accident, après la guerre. Mais eux ils sont morts... Mes grands parents aussi ont été tués, pendant la guerre. Mes voisins aussi.

On vivait enfermés dans la maison, les bombardements étaient si proches ! J'avais peur. Mais aujourd'hui, je ne me souviens plus de rien. J'ai tout oublié... »

 

 

 


Retour au dossier

À lire aussi