Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Hani – Patient MSF - 39 ans

Le 27 décembre 2008, l'opération militaire israélienne "Plomb durci" était lancée sur la bande de Gaza. Huit mois après, quelles conséquences pour la population civile? Rencontrés en juillet dernier, patients et personnels MSF - expatriés et palestiniens - témoignent.

Le 27 décembre 2008, l'opération militaire israélienne "Plomb durci" était lancée sur la bande de Gaza. Huit mois après, quelles conséquences pour la population civile? Rencontrés en juillet dernier, patients et personnels MSF - expatriés et palestiniens - témoignent.

« Le 1er jour de la guerre, toutes les stations de police ont été bombardées. Je me trouvais près de l'une d'elles. Un hélicoptère a tiré, nous étions quatre, nous avons tous été gravement blessés. Moi au bras et j'ai reçu des éclats dans la poitrine.

Une voiture m'a emmené à l'hôpital Shifa, j'y suis resté deux jours, puis j'ai été transféré en Egypte. J'y suis resté 53 jours, j'ai dû payer une partie de mes médicaments et du matériel là-bas...

Cela fait quatre mois que je suis suivi par MSF, gratuitement. Je sens que ça va de mieux en mieux.

Mais j'ai encore très mal, je dors mal. En hiver les pièces métalliques du fixateur prennent le froid, c'est douloureux.

La vie est déjà difficile à la base. C'est encore pire quand on est blessé et handicapé. Je ne peux plus travailler, on est enfermés entre les frontières.

Si je le peux un jour, je partirai c'est sûr ! Il n'y a aucun avenir ici, pour les enfants, pour personne. »

 

 

 

 

 


Retour au dossier

À lire aussi